Accueil > Les origines commençant par L > L'origine de lys

L'origine de Lys


Cette fleur est originaire de la Syrie.


Le lis de Saint-Jacques

Cette plante, originaire du Mexique, a été apportée en Europe en 1593. C'est une des plus belles fleurs que l'on connaisse ; son tissu, semblable à un velours rubis, par'argent. semé de poudre d'or, paraît étinceler aux rayons du soleil.


Le lys d'argent

Monnaie de France, que l'on commença à fabriquer, ainsi que les lys d'or, en janvier 1656. Les lis d'argent, dit Leblanc, étaient à onze deniers douze grains d'argent fin, de trente pièces et demie au marc, de six deniers cinq grains trébuchant de poids chacune, ayant cours pour vingt sous, les demi-lis pour dix sous, et les quarts de lis pour cinq sous.


Le lis d'or

Monnaie de France, pièce d'or marquée au revers du pavillon de France. Ce fut une nouvelle espèce de monnaie dont la fabrication commença en janvier 1656, et ne dura guère. Le lis d'or, dit Leblanc, pèse trois deniers et demi-grain ; ils sont au titre de vingt-trois carats un quart, à la taille de soixante et demi au marc, pesant trois deniers trois grains et demi trébuchant, la pièce, et ont cours pour sept livres.


L'ordre de Notre-Dame du Lys

Cet ordre militaire fut institué par Garcias IV, roi de Navarre, en 1048. L'ordre du Lis, ou de Notre-Dame du Lis, était composé de trente-huit chevaliers qui faisaient vœu de s'opposer aux entreprises des Maures. Le roi s'en réserva la grande-maîtrise à lui et à ses successeurs. Ce prince, étant guéri d'une maladie, en même temps que l'on trouva, dit-on, à Nagera une image de la sainte Vierge, dans un lis, institua cet ordre en reconnaissance de ces deux événements. Ceux qui étaient honorés du collier portaient sur la poitrine un lys d'argent en broderie, et, aux fêtes ou cérémonies de l'ordre, une chaîne d'or entrelacée de plusieurs M gothiques, d'où pendait un lis d'or émaillé de blanc, sortant d'une terrasse de sinople, et surmonté d'un grand M, qui est la lettre initiale du nom de Marie.


L'ordre du lis

Cet ordre de chevalerie fut institué en 1546, par le pape Paul III. Les chevaliers chargés de défendre le patrimoine de saint Pierre contre les entreprises de ses ennemis, étaient d'abord au nombre de cinquante. On les appelait aussi participants, parce qu'ils avaient fait au pape un présent de cinquante mille écus, et qu'indépendamment de plusieurs privilèges, ils jouissaient chacun de trois mille écus de rente, qui leur étaient assignés sur le patrimoine de saint Pierre.
La marque de l'ordre est une médaille d'or que les chevaliers portent sur la poitrine : on y voit d'un côté, l'image de Notre-Dame du Chesne, ainsi nommée d'une fameuse église de Viterbe ; et, de l'autre, un lys bleu céleste sur un fond d'or, avec ces mots : Pauli III, Pontific.Max.munus. Paul IV confirma cet ordre en 1556, et lui donna le pas sur tous les autres. Les chevaliers qui le composent portent le dais sous lequel marche le pape dans les cérémonies, lorsqu'il n'y a point d'ambassadeurs de princes pour faire cette fonction. Le nombre de ces chevaliers fut augmenté la même année jusqu'à trois cent cinquante.


La fleur de lys

En France les armes de la maison régnante se composent de trois fleurs de lis sur un champ d'azur. C'est pourquoi on dit figurément, surtout en poésie, les fleurs de lis, ou simplement les lis, pour la France ; l'empire des lis, pour le royaume de France.
Ces fleurs ont été réduites à trois sous Charles V. Il est probable que ce qui fut longtemps une imagination de peintre, devint les armoiries de France. D'anciennes couronnes des rois des Lombards, dont on voit des estampes fidèles dans Muratori, sont surmontées d'un ornement semblable, et qui n'est autre chose que le fer d'une lance lié avec deux autres fers recourbés.
Les lis ne filent point. C'est une ancienne maxime devenue loi fondamentale, et qui signifie que la couronne de France ne peut échoir en succession aux femmes ; ce qui se dit par interprétation de ces paroles de l'évangile : Considérez comment croissent les lis des champs ; ils ne travaillent point, ils ne filent point. Cette autre maxime que le royaume de France ne peut tomber en quenouille, présente le même sens.

En complément :

Autres origines :