Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de maléfice

L'origine de Maléfice


Ce qu'on appelle maléfice ou fascination n'est pas sans fondement. Il y a sur cette matière une infinité d'exemples qu'on ne doit pas rejeter précisément parce qu'ils ne s'accordent pas avec notre philosophie ; il semble même qu'on pourrait trouver dans la philosophie de quoi les appuyer.


L'œil comme organe du maléfice

Tous les êtres vivants que nous connaissons envoient des écoulements, soit par la respiration, soit par les pores de la peau. Ainsi tous les corps qui se trouvent dans la sphère de ces écoulements peuvent en être affectés, et cela d'une manière ou d'une autre, suivant la qualité de la matière qui s'exhale, et à tel ou tel degré, suivant la disposition des parties qui envoient les écoulements et de celles qui les reçoivent. Or il ne faut pas douter que l'œil n'envoie des écoulements, de même que les autres parties du corps animal.
C'est ainsi qu'on peut rendre raison de quelques uns des phénomènes du maléfice, et particulièrement de celui qu'on nomme fascination. Il est certain que l'œil a toujours été regardé comme l'organe du maléfice, quoique la plupart de ceux qui en ont écrit ou parlé ne sussent pourquoi. On attribuait le maléfice à l'œil ; mais on n'imaginait pas comment il opérait cet effet. Ainsi, selon quelques uns, avoir mauvais œil est la même chose qu'être adonné aux
maléfices.


Les différentes espèces de maléfice

Les démonographes entendent par maléfice une espèce de magie par laquelle une personne, à l'aide du démon, cause du mal à une autre. Outre la fascination dont nous venons de parler, ils en comptent plusieurs autres espèces, comme les philtres, les ligatures ; celles qu'on donne dans un breuvage ou dans un mets ; celles qui se font par l'haleine, etc., dont la plupart peuvent être rapportées au poison ; de sorte que, quand les juges séculiers connaissaient de cette espèce de crime, et condamnaient à quelque peine afflictive ceux qui en étaient convaincus, le dispositif de la sentence portait toujours que c'était pour cause d'empoisonnement et de maléfice.

Autres origines :