Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de marguilliers

L'origine de Marguilliers



Des gardes de la matricule

Ils furent nommés ainsi parce qu'ils étaient gardes de la matricule, ou registre public où l'on enrôlait les pauvres qui demandaient l'aumône à la porte des églises. Entre ceux qui étaient inscrits pour les aumônes, on en choisissait quelques uns pour rendre de menus services, comme de balayer l'église, parer les autels, sonner les cloches. Dans la suite, les marguilliers ne dédaignèrent pas de prendre eux-mêmes ces soins ; ce qui put encore contribuer à leur faire donner le nom de matricularii, parce qu'ils prirent, en cette partie, la place des pauvres matriculiers qui étaient auparavant chargés des mêmes fonctions.
Les paroisses ayant été dotées, et les marguilliers ayant plus d'affaires pour administrer les biens et les revenus de l'église, on les débarrassa de tous les soins dont on vient de parler, dont on chargea les bedeaux et autres ministres inférieurs de l'église. Néanmoins, dans quelques paroisses de campagne, l'usage fut demeuré que les marguilliers rendaient eux-mêmes à l'église tous les menus services qu'y rendaient autrefois les pauvres.


Les marguilliers clercs et les marguilliers laïcs

Les marguilliers ne furent d'abord établis que dans les églises paroissiales ; mais dans la suite on en mit aussi dans les cathédrales, et même dans les monastères. A l'égard des cathédrales et collégiales, il y avait deux sortes de marguilliers, les uns clercs, les autres laïcs.
Odon, évêque de Paris, institua, en 1204, dans son église, quatre marguilliers laïcs ; ils ont conservé le surnom de laïcs, pour les distinguer des quatre marguilliers clercs qu'il établit dans le même temps. Ces marguilliers laïcs étaient considérés comme officiers de l'église, et ils portaient la robe et le bonnet.

Autres origines :