Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de marine

L'origine de Marine



La marine des anciens Francs

Pline représente les anciens Francs ou Germains comme les peuples de l'Europe qui entendaient le mieux la marine. Leurs vaisseaux, faits de plusieurs cuirs cousus ensemble, ou d'osier couvert de cuir, n'avaient ni voile ni proue, et n'avançaient qu'à force de rames. Leur navigation fut d'abord très bornée ; peu à peu ils hasardèrent de plus longues courses, rangèrent la côte de la Gaule, celle d'Espagne, et enfin pénétrèrent par le détroit de Gibraltar jusque dans la Méditerranée, et, sous l'empereur Justinien, les Francs ou Français furent absolument maîtres de la Provence, de Marseille (colonie de Phocéens) et de la mer ; ce qui prouve qu'en 539 nous avions déjà une espèce de marine.


La marine française tantôt négligée, tantôt renforcée

Mais Clovis et ses descendants négligèrent l'art de la navigation, auquel Charlemagne donna quelque attention. Après la mort de ce prince, cet art fut de nouveau négligé, et l'obligation où l'on fut, dans le temps des croisades, de recourir aux Vénitiens et aux Génois, et de louer leurs vaisseaux à un prix énorme, prouve l'état déplorable où se trouvait alors notre marine.
Cependant Philippe et saint Louis firent de grands efforts pour la remonter. Ce dernier surtout assembla à Aigues-Mortes une flotte considérable, et l'histoire nous apprend que Philippe-le-Hardi, Philippe-le-Bel et Philippe de Valois, équipèrent des flottes et firent quelques expéditions maritimes. Après cette époque jusqu'à François Ier, qui vint à bout de composer une flotte de cent cinquante gros vaisseaux et de soixante autres plus petits, on voit notre marine languir dans l'état d'abandon où elle retomba sous ses descendants.
Cependant Henri IV paraissait sérieusement occupé des moyens de relever nos forces maritimes, lorsque le fer aiguisé par le fanatisme l'enleva à la France , et laissa à ses successeurs l'honneur de ce rétablissement. En effet, nous voyons déjà sous le règne de Louis XIII le cardinal de Richelieu faire construire des vaisseaux, nettoyer les ports, en fortifier quelques uns ; mais il était réservé à Louis XIV, dont le règne fut long et brillant, d'agrandir la marine française, et de la porter à ce point d'élévation qui la rendit formidable à toute l'Europe.

« L'Angleterre, l'Espagne, la Hollande, dit un auteur du XIXe siècle, avaient une marine florissante, tandis que la France avait à peine quelques vaisseaux, lorsque ce prince monta sur le trône ; en peu de temps ce monarque fait construire des ports, des arsenaux ; arme, comme par enchantement, une flotte formidable ; dispute aux Anglais l'empire des mers, fait baisser pavillon aux amiraux espagnols, bombarde Alger ; et, dans l'espace de quinze années, Brest, Rochefort, Toulon, Dunkerque, le Havre, Calais, déploient aux yeux des puissances maritimes des forces imposantes. On ne peut prononcer le mot de marine sans se rappeler à la mémoire les noms de Ruyter, de Jean Barth, de Duguay-Trouin, de Tourville, du bailli de Suffren, de Bougainville, de Cook, et de l'infortune la Peyrouse.» {Discours historique , en tête du Dictionnaire de l'industrie humaine)

Autres origines :