Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de marotique

L'origine de Marotique



Un style de poésie inventé par Clément Marot

Clément Marot, né à Cahors, en 1495, poète célèbre du XVIe siècle, et valet de chambre de François Ier, eut une espèce d'école deux cents ans après sa mort. La Fontaine, Hamilton, J.-B. Rousseau, Voltaire, épris de cet aimable enjouement, de ce gracieux badinage, et surtout de cette naïveté fine et délicate qu'on remarque dans cet ancien poète, imitèrent sa manière dans des poésies badines ; ils eurent eux-mêmes un grand nombre d'imitateurs plus ou moins heureux, en sorte que ce ne fut que vers le milieu du XVIIIe siècle, et lorsque la langue, dès longtemps fixée, était devenue si différente de celle de Marot, que vint la mode de ce qu'on appelle le marotisme.


Un style utilisé par La Fontaine et Voltaire

« Le style marotique, dit La Harpe, employé avec choix et sobriété dans les genres qui le comportent, tels que le conte, l'épigramme, l'épître badine, et tout ce qui tient au genre familier, contribue à la naïveté et à la précision. La Fontaine en a fait usage avec succès dans ses Contes, et l'a judicieusement exclu de ses Fables, où la morale et la raison n'admettent point cette bigarrure, et où les animaux qu'il introduit devaient parler la même langue. Voltaire s'en est servi de même avec ce goût exquis qui savait distinguer les nuances propres à chaque sujet. Le style marotique permet de retrancher les articles et les pronoms, comme on les retranchait au temps de Marot, ce qui donne à la phrase un tour plus vif. Il permet une espèce d'inversion qui ne va pas au style sérieux, et quelques constructions anciennes que notre langue empruntait du latin avant qu'elle eût une syntaxe régulière. Ces formes vieillies ont l'avantage de nous rappeler le premier caractère de notre langue, qui était la naïveté, et d'ailleurs tout ce qui est ancien prend à nos yeux un air de simplicité, parce que l'élégance est moderne. » (Cours de littérature)
Mais cet auteur judicieux ajoute qu'il ne faut jamais rajeunir les vieux mots que quand l'oreille les adopte..., que ceux que leur dureté a fait tomber en désuétude ne peuvent jamais renaître. En dernière analyse, il convient de ne parler la langue du XVe siècle, comme l'observe encore ce sage littérateur, que de manière à être entendu du nôtre.


Les règles du style marotique

Le style marotique consiste, 1° dans l'emploi de quelques mots vieillis ; 2° dans la suppression des adjectifs le, la, les, un, une ; 3° dans la suppression des pronoms personnels je, tu, il, nous, vous, ils ; 4° dans des inversions particulières à ce genre ; 5° dans l'admission de quelques constructions anciennes que le marotisme a conservées à cause de leur naïveté ou de leur concision.


Madrigal en style Marotique

Cœur qu'amour guette afin de le surprendre,
Disent aucuns, se trouble et n'est point coi,
Adonc palpite, on ignore pourquoi.
Et quand palpite, est bien près de se rendre...
0 douce Eglé, ne sais pas quand te voi,
Si vois amour, ains ton regarder tendre
Fait palpiter mon cœur tout malgré moi.


Romance en style marotique

Autre n'aurai fut la devise
Du bon Philippe au cœur accort :
Plein de los et de galantise
Quand établit la toison d'or,
En serrant ès main d'Isabelle
Nœud plus doux encor que sacré,
Ah! se dit-il, épris d'icelle,
Autre n'aurai.

Ne sommes plus aux Hespérides,
Où d'Euxin affrontant le bord,
Là, tiers dragons, de sang avides,
Gardaient toison ou pommes d'or.
Pour gardien rien que cœur fidèle.
Se dit Philippe énamouré,
Près de fleur si gente et si belle,
Autre n'aurai.

Parmi les auteurs plus récents qui oui imité avec quelque succès le style appelé marotique, on peut citer Lebrun dans quelques unes de ses épigrammes.

Autres origines :