Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de méandre

L'origine de Méandre



Un fleuve de la Phrygie

Fleuve de la grande Phrygie, célèbre dans les fables des poètes, qui le font fils de la Terre et de l'Océan, et père de Cyanée. On a prétendu trouver, dans les différentes sinuosités qu'il décrit avant de se rendre dans l'Archipel, toutes les lettres de l'alphabet grec.

Tel qu'on voit sur ses bords frais et voluptueux
Se jouer le Méandre en replis tortueux ;
De sa source à la mer, de la mer à sa source,
Un doux caprice égare et promène sa course ;
Et le flot qui remonte au flot qui redescend,
Livre, sur son passage, un combat innocent.


Le méandre dans la poésie

Le grand nombre de sinuosités du fleuve Méandre a fait donner, par allusion, ce nom aux détours, aux sinuosités des fleuves, des rivières, des ruisseaux, et, par extension, à tout plan qui présente divers circuits. Ce mot, en ce sens, appartient exclusivement à la langue poétique.

Si les chaleurs
Nous font descendre
Vers ce Méandre (ce ruisseau),
Dans ce moment
Un bain charmant
Voit sans mystère,
Sans ornement,
Et la bergère
Et son amant.

(Bernard, le Hameau)

Rosset, en parlant des bordures de buis qui dessinent les sinuosités de nos parterres, a dit :

La France la première
D'un méandre de buis inventa la bordure
D'un gazon façonné disposa la parure.

Autres origines :