Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de messagerie

L'origine de Messagerie



Les universités et les messageries

Cet établissement, inconnu aux Grecs et aux Romains, et plus tard si utile au public et si lucratif au gouvernement, est dû à l'érection des universités. Le concours d'étudiants qui s'y rendaient de différents pays, pour s'instruire dans les sciences et dans les arts libéraux, fit naître l'idée d'établir des messageries et des messagers pour les conduire aux lieux où ils devaient faire leurs études, et faciliter une correspondance entre les professeurs, les étudiants et leurs familles. Le public se servit de la même commodité d'autant plus volontiers que ces messagers étaient responsables de leur conduite envers les recteurs des universités et envers les procureurs des nations, et qu'ils s'acquittaient très fidèlement de leur emploi. Ils devinrent donc les seuls messagers de l'état, portant les bardes, les lettres et les paquets de toutes sortes de personnes indifféremment.
Comme l'université de Paris est la plus ancienne de l'Europe, c'est elle qui a donné naissance à l'établissement des messagers, ainsi qu'on peut le voir dans la charte de Louis-Hutin du 2 juillet 1315. En 1565, Henri III établit des messagers royaux. En 1719 seulement il fut accordé à l'université, à titre de dédommagement, le vingt-huitième du prix du bail général des postes et messageries.


Les petites messageries

Cet établissement, formé à Paris, au commencement de 1825, pour le transport des effets et marchandises d'un quartier dans un autre, parut d'une utilité évidente, si l'on trouva dans cette entreprise nouvelle régularité et célérité. Les voitures partaient et arrivaient à heures fixes ; le son du cor annonçait leur passage ; elles étaient bien suspendues, bien attelées, et les effets y étaient à l'abri du mauvais temps.
La compagnie était responsable de la valeur des objets donnés sur récépissés.

Autres origines :