Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de métempsychose

L'origine de Métempsychose


Du grec metempsuchosis (passage de l'âme, transmigration de l'âme d'un corps dans un autre corps).


Un dogme d'origine égyptienne

Pythagore avait rapporté d'Egypte le dogme de la métempsychose, que Platon adopta ensuite en y apportant quelques changements.
Les Gaulois, les Germains, les Celtes, et généralement tous les anciens peuples du Nord étaient persuadés que les âmes ne mouraient point, mais qu'après leur séparation d'avec le corps, elles passaient dans un autre corps, et ainsi successivement : instruit plus que personne dans la théologie des anciens, Ovide s'est plu à embellir ce système des charmes de la poésie :

Lâches humains, glacés par l'effroi du trépas,
Eh ! pourquoi redouter un enfer qui n'est pas,
Le Styx qui ne coula que dans les vers d'Homère,
L'empire ténébreux, fabuleuse chimère,
Et le triple Cerbère, et l'infernal nocher !
Consumé par le temps, ou mis sur le bûcher,
Le corps ne souffre point, et son âme immortelle
Passe en un autre corps, sa demeure nouvelle.
Moi-même, il m'en souvient, sous les murs d'Ilion,
J'ai combattu jadis ; Euphorbe était mon nom,
Ce fils de Pantboüs que le plus jeune Atride
Perça du large fer de sa lance homicide.
J'ai vu mon bouclier dans le temple d'Argos,
Le même qu'à mon bras enleva ce héros.
Tout change, et rien ne meurt : l'âme, essence légère,
Errant d'un corps à l'autre, hôtesse passagère,
De l'homme a l'animal, va, revient tour à tour,
Et survit aux débris de son frêle séjour.

(Ovide, Les métamorphoses)

Autres origines :