Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de modèle

L'origine de Modèle



Le modèle anatomique

On lit dans la Revue encyclopédique (1820), que M. Ameline, professeur à Caen, a composé un modèle anatomique représentant un corps humainu de grandeur naturelle. Ce modèle est formé, 1° d'os véritables qui en constituent le squelette ; 2° de muscles faits avec du carton, qui, après avoir été ramolli et modelé d'après nature, est recouvert de brins de chanvre fin, destinés à imiter les fibres musculaires, et peint ensuite de couleur naturelle ; 3° de fils et de cordes à boyau, enduits d'un vernis coloré, et qui simulent les artères, les veines et les nerfs ; 4° enfin, de poils véritables pour les parties qui doivent en être pourvues. Ce modèle présente les parties sous toutes les faces, permet qu'on les touche, qu'on les détache et qu'on les étudie séparément, sans altérer leurs formes naturelles ; il peut servir aux démonstrations dans les temps où la chaleur est un obstacle aux dissections.
M. Dupont a depuis présenté des modèles bien supérieurs, et qui lui ont valu une médaille à la dernière exposition des produits de l'industrie française.


Le modèle en sculpture

Les anciens faisaient ordinairement leurs premiers modèles en cire. Ceux des artistes modernes sont en argile, ou en d'autres matières semblables, également souples, et beaucoup plus propres à exprimer la chair que la cire, qui est tenace et s'attache aisément.
Ce n'est pas que la méthode de faire des modèles en argile ait été ignorée des Grecs et des Romains : Dibutade, de Sicyone, en fit le premier essai ; Arcésilaüs se rendit plus célèbre par ses modèles en argile que par ses ouvrages. La figure de la Félicité, qu'il exécuta de cette manière, fut vendue soixante mille sesterces, et Octave lui paya un talent pour le modèle d'une tasse en plâtre, qu'il voulait faire exécuter en or.

Autres origines :