Accueil > Les origines commençant par M > L'origine de montagnes artificielles

L'origine de Montagnes artificielles



Une origine russe

Ces hauts échafaudages, construits en forme de montagnes, et du sommet desquels le peuple de Paris prenait plaisir à se laisser descendre avec une extrême rapidité, au début du XIXe siècle, furent faits à l'imitation de ceux des Russes, à qui ce genre de divertissement est familier. Aussi ces plans inclinés, que descendaient d'imprudents voyageurs montés sur des chars fragiles, ont-ils été nommés d'abord les montagnes russes. Aux montagnes russes ont succédé les montagnes Beaujon, puis celles de Belleville et du Delta.
Le genre de Gymnastique dont il s'agit est d'origine russe, avons-nous dit ; et le Mercure de France du 25 juillet 1778, renferme à cet égard des détails qui doivent intéresser le lecteur. Un des amusements que les Russes aiment le plus pendant l'hiver, y est-il dit, c'est de glisser du haut d'une montagne en bas. Ils frayent une petite route sur le côté de la montagne en aplanissant les petites inégalités du terrain avec de la neige ou de la glace ; ils se laissent ensuite glisser, assis sur un petit siège, et descendent ainsi avec une rapidité surprenante.


Les montagnes artificielles en Russie

M. Kinga voulu connaître par lui-même cette espèce de divertissement : « la sensation, dit-il, en est plus extraordinaire qu'agréable. Le mouvement est si rapide qu'il fait perdre la respiration. C'est un mélange de surprise et de crainte, assez semblable à ce qu'on éprouverait en tombant du haut d'une maison sans se faire de mal.
Les Russes sont si passionnés pour cet exercice, qu'à Pétersbourg, où il n'y a point de montagnes, ils élèvent des montagnes artificielles sur les glaces de la Neva, où ils vont glisser ainsi, surtout les jours de fêtes. Les hommes de tout état, jeunes et vieux, riches et pauvres, prennent part à ce divertissement, moyennant une bagatelle qu'ils donnent chaque fois qu'ils descendent à celui qui a construit la montagne. Cela ressemble à la manière dont on descend du Mont-Cenis à Lanebourg en certains temps de l'année, et qu'on appelle la ramasse. »

Autres origines :