Accueil > Les origines commençant par N > L'origine de numérotage

L'origine de Numérotage



Le numérotage et les inscriptions des rues de Paris avant le XVIIIe siècle

Déjà en 1728, M. Hérault, lieutenant de police, fit mettre des plaques ou feuilles de fer-blanc aux coins des rues, pour en indiquer les différents noms ; mais, d'une part, le temps avait effacé en partie les caractères dont ces plaques étaient chargées ; et de l'autre, un grand nombre de rues ayant changé de noms, ou étant nouvellement bâties, on sentait depuis longtemps la nécessité de remplacer les anciennes inscriptions par de nouvelles.
Au début du XIXe siècle, les numérotages des maisons et les inscriptions des rues de Paris devinrent l'objet d'un concours. Le gouvernement devait accorder un prix à celle des inscriptions qui réunirait tout à la fois la beauté, le luxe, l'élégance et la solidité. On vit exposées à l'Hôtel-de-Ville des plaques de tôle vernie de faïence et de cuivre émaillé : ces dernières étaient, sans contredit, les plus riches et les plus belles ; à leur défaut, les plaques de faïence pouvaient convenir ; mais la dimension exigée présentait de grandes difficultés pour l'exécution des unes et des autres, leur prix devenait aussi trop élevé ; les tôles vernies n'étaient pas non plus d'une assez grande solidité ; l'on se contenta donc de la peinture à l'huile sur mur et sur bois ; ce mode est fort économique : voilà tout son mérite.


Le numérotage et les inscriptions des rues de Paris après le XVIIIe siècle

Lors de l'exposition de 1819, le projet d'un nouveau système de numérotage et d'inscription fut mis à l'ordre du jour. Le procédé de peinture en émail sur verre restait à tenter ; M. Luton, doreur sur cristal, fut invité à faire des essais en ce genre, et, après plusieurs tentatives, il parvint au résultat suivant, qui consiste à diviser des morceaux de verre en petits carrés, à y peindre séparément chaque lettre ou numéro, pour former le nom des rues et des quartiers ; on réunit ces caractères mobiles dans des châssis de fonte, ce qui les rend d'une solidité extrême ; l'exécution de ces inscriptions ou numérotage est très belle, leur éclat indestructible, les lettres ou numéros ineffaçables à la pluie comme au soleil, puisque c'est un émail cuit avec le verre.
Cette manière de réunir chaque lettre pour composer une inscription, offre deux avantages : le premier, de laisser varier et changer à volonté les inscriptions ; le deuxième, de permettre de remplacer avec facilité une lettre cassée accidentellement ; nous ajouterons que le prix de ces inscriptions ne dépasse presque pas celui de la peinture à l'huile.

Autres origines :