Accueil > Les origines commençant par O > L'origine de opium

L'origine de Opium


C'est le nom qu'on donne au suc condensé des têtes de pavots. Les anciens distinguaient deux sortes de suc de pavots : l'un était une larme qui découlait de l'incision que l'on faisait à la tête des pavots ; l'autre, appelé meconiumn, était le suc épaissi qu'on retirait de toute la plante.


Utilisé dès le XVIe siècle

Les Turcs attribuent au pavot la vertu d'inspirer la joie. C'est pour cela qu'ils en faisaient un grand usage ; mais le défaut de préparation fait qu'il les mettait souvent dans un état de stupeur et d'imbécillité.
Paracelse fut le premier médecin qui fit usage de l'opium. Ce fut en 1522. Préparé selon les règles de l'art, il est un des remèdes les plus précieux, ne fût-ce que par la propriété qu'il a de suspendre la torture des douleurs aiguës. Outre que l'extrait d'opium devient un présent inestimable de la nature, par l'action calmante qu'il exerce sur le physique, il devient encore une ressource précieuse contre les affections de l'âme. L'homme accablé d'un coup inattendu, de ces chagrins violents qui font quelquefois naître le désespoir, trouve dans l'extrait d'opium un consolateur prompt, mais dont il ne faut pas abuser ; ce n'est pas le sommeil, c'est un somnambulisme, c'est une espèce d'ivresse, la seule que n'accompagne pas la douleur. On entend, on ne répond point ; on semble nager dans un fluide, on jouit de l'énergie de tous ses sens ; l'imagination n'offre plus que des idées agréables ; enfin on oublie ses maux.
En 1818, M. Vauquelin de l'Institut, ayant soumis à l'analyse des échantillons d'opium indigène, reconnut non seulement qu'il contenait les mêmes principes que celui du Levant, mais même qu'il les contenait dans des rapports qui ne paraissaient pas différer.

Autres origines :