Accueil > Les origines commençant par O > L'origine de osselets

L'origine de Osselets


Les Romains ont appelé ocellata de petites billes de petits cailloux qui servaient de jouets aux enfants, des osselets, comme l'a traduit Dacier dans sa remarque sur la troisième satire du deuxième livre d'Horace, ou il rend ce passage de Suétone, Modo talis aut ocellatis, nucibusque ludebatcum pueris minutis, par, Il jouait avec de petits enfants aux osselets, à la pierrette et aux noix.


Déjà connu par les Grecs de l'antiquité

Mais les Romains eux-même avaient reçu ce jeu des Grecs, de qui il était connu dès le temps du siège de Troie, puisqu'il raconte que les amants de Pénélope jouaient aux osselets devant la porte du palais d'Ulysse. « On jouait ordinairement, dit Millin, dans son Dictionnaire des beaux-arts, avec quatre osselets marqués de points comme nos dés. On produisait des coups différents, auxquels les Grecs avaient donné les noms des dieux, des héros, des hommes illustres et même des courtisanes fameuses ; le coup le plus favorable s'appelait coup de Venus. Le grand nombre d'osselets qu'on a trouvés à Herculanum prouve combien ce jeu était commun chez les Romains, ou du moins en Italie. Les osselets découverts à Herculanum étaient faits, selon Winckelmann, avec des astragales de cabri ; l'astragale est un petit os qui forme l'articulation entre le pied et la jambe.


Les deux façons de jouer

Il y avait deux manières d'y jouer. La première et la plus commune avait beaucoup d'analogie avec celle qui se pratique encore aujourd'hui ; elle consistait à jeter en l'air des osselets, et à en ramasser pendant cet intervalle un ou plusieurs autres posés à terre ou sur une table pour les y replacer ensuite tous de la même manière. La seconde manière de jouer avec les osselets ou astragales, était de les jeter comme on a coutume de jeter les dés avec la main ou avec un cornet ; et chaque côté de l'osselet portant un nombre différent, il survenait au joueur une chance plus ou moins favorable.

Autres origines :