Accueil > Les origines commençant par O > L'origine de ourq

L'origine de Ourq



Le canal de l'Ourcq

Le canal de dérivation de l'Ourcq a pour objet d'amener la rivière d'Ourcq dans un bassin près de la Villette d'où les eaux doivent être employées : 1° à entretenir un canal de navigation descendant de ce bassin dans la Seine, au-dessus de l'Arsenal ; 2° à alimenter dans l'intérieur de Paris de nouvelles fontaines et un certain nombre de réservoirs destinés au nettoiement des rues, des égouts et en général à fournir de nouveaux moyens d'embellir cette capitale et d'en rendre le séjour plus salubre.
Le gouvernement impérial voulant étendre les avantages que la commune de Paris doit retirer du canal de l'Ourcq, avait ordonné qu'il serait rendu navigable dans toute sa longueur et qu'une communication serait ouverte entre sa partie supérieure et la rivière d'Aisne, près de Soissons, afin que ce canal offrît un débouché plus direct à celui de Saint-Quentin et à ceux de la Belgique pour l'exportation des denrées destinées à l'approvisionnement de Paris.


Les caractéristiques du canal

La rivière d'Ourcq est prise dans la partie supérieure dit moulin de Mareuil, commune du département de l'Oise. Le canal passe auprès de la ville de Meaux, du village de Claye, et vient se terminer à la Villette. Il forme des sinuosités commandées par les inflexions du terrain depuis Mareuil jusqu'au-delà de Claye ; il vient ensuite par six lignes droites jusqu'à Paris. Sa longueur est de 93 922 mères. Le canal, depuis Mareuil jusqu'au premier bassin de partage, situé sur le coteau de Champen, au-dessous du moulin de Lizy, devant servir de communication entre la Marne et le canal de Saint-Quentin, a les mêmes dimensions que ce canal : il a dix mètres de largeur de plafond, deux mètres cinquante de profondeur. Les talus des berges sont inclinés de deux fois leur hauteur, ce qui donne vingt mètres entre les arêtes intérieures des deux chemins de halage.
Le canal dérivé du bassin de Lizy pour arriver au château d'eau de la Villette, est à pente réglée, sans écluses ni barages et ne conserve pas les mêmes dimensions que celui de Saint Quentin. Il a trois mètres cinquante de largeur de plafond, onze mètres d'ouverture entre les arêtes intérieures de ses berges, et deux mètres cinq de profondeur ; les chemins de halage ont trois mètres cinquante de largeur ; les berges sont inclinées d'une fois et demie leur hauteur.
Le lit de ce canal est dans quelques endroits au niveau du terrain ; dans d'autres il a été élevé au-dessus par des remblais ; dans quelques autres enfin, il a fallu creuser à une très grande profondeur. On trouve des ponts en bois et des ponts levis d'une belle exécution sur les chemins qui ont été coupés par le canal. Il est partout fort bien entretenu et il forme une belle promenade.

Autres origines :