Accueil > Les origines commençant par O > L'origine de outremer

L'origine de Outremer



Le bleu outremer

Couleur bleue, ainsi nommée parce qu'on la tirait autrefois du Levant. Elle se fait avec du lapis-lazuli, broyé et réduit en poudre. On reconnaît que l'outremer n'est point falsifié lorsque, mis sur une plaque de fer rougi au feu, il ne change point de couleur. C'est, comme l'on sait, la plus solide de toutes les couleurs employées dans la peinture ; mais, à partir du XVIIIe siècle, elle est devenue si rare que très peu d'artistes ont été assez riches pour l'employer partout ou ils auraient du le faire.


Les autres bleus

Le bleu de Prusse, celui-même qu'on désigne sous le nom de bleu minéral, quelque bien préparé qu'il soit, devient verdâtre au bout de quelques années.
Les bleus de cobalt appelés dans le commerce les bleus d'argent, ne pouvant, à cause de leur nature vitreuse, être broyés parfaitement, ne s'étendent pas sous le pinceau comme les autres couleurs : de plus, ils ont une nuance violâtre, qui fait que dans les teintes claires ils ne sont jamais d'un bleu parfait ; ils se décolorent même pour la plupart à la lumière, et deviennent tout à fait gris.


Un nouveau bleu découvert par M. Thenard

Cependant M. Thenard est parvenu à force d'expériences, à tirer du cobalt une couleur qui, aux yeux les plus exerces, ne pourrait dire distinguée du plus bel outremer. En effet, elle n'en diffère que par son intensité, qui est un peu moindre. A la détrempe et à l'huile, cette couleur se broie et se manie aussi facilement qu'aucune autre ; elle peut encore, si l'on y met les fondants convenables servir à la peinture en émail. Elle produira des teintes moins violâtres et plus solides que la plupart des bleus de cobalt qu'on emploie ordinairement. Ce bleu a résisté à tous les réactifs chimiques ; exposé au soleil pendant les mois de juillet et d'août, il n'a paru subir aucune altération.
S'il n'a pas la solidité de l'outremer dont il a l'éclat, on peut du moins l'employer avec autant de sécurité ; que la plupart des couleurs de la palette dont il n'y a qu'un petit nombre qui résistât à une exposition de deux mois au soleil. M. Thenard a publié son procédé en le communiquant à M. Hubert, fabricant de couleurs à Paris.

Autres origines :