Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de parfum

L'origine de Parfum



Depuis la nuit des temps

L'usage des parfums remonte à la plus haute antiquité. Moïse donne la composition de celui qu'on offrait au Seigneur sur l'autel d'or, et de celui qui servait à oindre le grand-prêtre et ses fils, ainsi que le tabernacle et les vases destinés à son service. Les Hébreux embaumaient les morts avec des parfums exquis. Tels étaient ceux qu'Ézéchias conservait dans ses trésors, ceux qu'employa Judith pour captiver Holoferne, et dont se servit l'épouse du Cantique.
Au luxe et à la richesse des vêtements, les Babyloniens joignaient la volupté des parfums. Ils en faisaient un très grand usage, se parfumant très fréquemment tout le corps de liqueurs odoriférantes. Ils avaient même raffiné, si l'on peut dire, sur ce genre de recherches voluptueuses. Le parfum de Babylone était renommé chez les anciens par l'excellence de sa composition.


L'usage du parfum dans la Grèce et la Rome antiques

Les Grecs et les Romains regardaient les parfums non seulement comme un hommage dû aux dieux, mais encore comme un signe de leur présence. Chez les poètes, les divinités ne se manifestent jamais sans annoncer leur apparition par une odeur d'ambroisie. Les anciens brûlaient aussi des parfums sur les tombeaux. Antoine recommanda, en mourant, que l'on répandît sur ses cendres des herbes odoriférantes et du vin, et qu'on mêlât des parfums au doux parfum des roses.


Les parfums en France

Autrefois les parfums étaient fort en usage en France, principalement ceux où il entrait de l'ambre et du musc. Nicolas de Montant, qui fit imprimer, en 1582, le Miroir des Français, y reproche aux dames et aux demoiselles, pour nous servir de ses propres expressions, « d'employer tous les parfums, eaux cordiales, civette, musc, ambre gris, et autres précieux aromates, pour parfumer leurs habits et linges, voire tout leur corps. »

Autres origines :