Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de paume

L'origine de Paume


La paume, ainsi nommée, suivant Estienne Pasquier, parce qu'on y jouait avec la paume de la main, avant de connaître l'usage des raquettes, était appelée sphéristique chez les Grecs, à cause de sa figure ronde et sphérique, et en latin pila. Hérodote attribue l'invention de la paume aux Lydiens, peuple d'Asie, et Pline en fait honneur à un certain Pythus.


Le jeu de paume dans l'antiquité gréco-romaine

« Il paraît, dit Furgault dans son Dictionnaire des antiquités, que, dès le temps d'Homère, cet exercice était fort en usage, puisque ce poète, au sixième et au huitième livre de l'Odyssée, en fait un amusement de ses héros. Les Romains, ajoute cet auteur, qui avaient imité les gymnases des Grecs dans la construction de leurs thermes et de leurs palestres, y avaient aussi établi des sphéristères ou jeux de paume, où ils prenaient cet exercice comme en Grèce. »
Pline nous apprend que la paume était si fort du goût des Romains qu'ils s'y exerçaient, non seulement dans les thermes ou gymnases, mais aussi dans leurs maisons de la ville et de la campagne ; c'est pour cela qu'ils avaient emprunté des Grecs quatre espèces de paumes toutes différentes : le ballon, la balle trigonale, la balle villageoise, la quatrième appelée harpastum. La paume appelée harpastum avait beaucoup de chose de notre longue paume : les joueurs se divisaient en deux bandes, et s'éloignaient d'une ligne que l'on traçait au milieu du terrain et sur laquelle on posait une balle de la grosseur des nôtres ; on tirait ensuite, derrière chaque troupe de joueurs, une autre ligne qui marquait de part et d'autre les limites du jeu. Après cela, les joueurs, de chaque côté, couraient vers la ligne du milieu, où chacun tâchait de se saisir de la Dalle, et de la jeter au-delà de l'une des deux lignes qui marquaient le but, pendant que ceux du parti contraire faisaient tous leurs efforts pour défendre le terrain, et envoyer la balle vers l'autre ligne. Enfin le gain de la partie était pour la troupe qui avait envoyé plusieurs fois la balle au-delà de cette ligne qui bornait le terrain des antagonistes ; d'ailleurs nos raquettes et nos battoirs n'étaient pas plus connus aux Romains qu'aux Grecs.


Le jeu de paume dans les temps modernes

Si nous revenons aux temps modernes, nous voyons que jusqu'au XVe siècle la paume se jouait avec la main nue ; dans la suite on se ganta ; des cordes tendues et serrées autour de la main parurent encore plus propres à pousser la balle avec raideur, et enfin la raquette fut inventée.

La balle, dans ce jeu (le jeu de paume), volant de main en main,
Court, tombe, se relève, et reprend son chemin.
Sans cesse allant, venant, revenant tour-à-tour,
Exacte à son départ, exacte à son retour,
Avec la même ardeur, et par la même voie,
Chaque parti l'attend, l'arrête et la renvoie.

(Delille, La Conversation)

Autres origines :