Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de pluie

L'origine de Pluie


Pluie, du latin pluvia. La transparence de l'air n'est point troublée tant que la vapeur de l'eau ne dépasse pas la quantité que ce fluide est susceptible d'admettre entre ses propres molécules. Les rayons de la lumière traversent et l'air et la vapeur avec une égale liberté. Mais lorsque celle-ci se condense par une suite de son abondance qui dépasse la capacité d« l'air, elle charge alors l'atmosphère de brouillards, de nuages, de neige ou de pluie, suivant d'ailleurs le plus ou moins d'élévation de la température.


Les premières observations sur la pluie en France

Les physiciens nous ont donné de savantes dissertations sur les causes et les effets de la pluie, et le météorologiste est parvenu, à l'aide de l'hyétomètre, à calculer la quantité de pluie qui tombe annuellement. Les premières observations régulières qu'on ait faites à Paris sur la quantité de pluie qui y tombe annuellement, remontent, suivant l'Annuaire du bureau des longitudes pour l'année 1824, à l'an 1689.
A cette époque on plaça, par ordre de l'académie des sciences, un récipient adapté à cet usage, au niveau de la grande salle de la méridienne de l'Observatoire, dans la tour orientale, qui était alors découverte, 17 mètres plus bas que le récipient actuel de la terrasse. La Hire se chargea des observations, et les continua jusqu'en 1719. Maraldi lui succéda, se servit des mêmes instruments, et fut remplacé en 1744 par de Fouchy. A partir de 1755, on cessa de faire ces observations ou du moins de les publier. Elles n'ont été reprises qu'en 1805.

Autres origines :