Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de pluralité des femmes

L'origine de Pluralité des femmes



La polygamie autorisée dans la haute antiquité

Dans le premier âge du monde, les patriarches eurent en même temps plusieurs femmes. L'Écriture appelle Ada et Sella les épouses de Lamech. Les descendants de Seth ne se bornaient pas non plus à une seule femme ; mais il n'y en avait qu'une qui portât le titre d'épouse.
On s'est interdit la pluralité dés femmes depuis Noé jusqu'à Abraham, mais le père d'Isaac eut pour femme Sara et pour concubine sa servante Agar. Jacob eut à la fois deux épouses et deux concubines. Les 700 femmes de Salomon ne l'empêchaient pas d'avoir 300 concubines.
Le concubinage était également permis chez les Perses et chez les Grecs. Darius avait dans son camp 365 concubines, qui servaient plus à son luxe qu'à ses plaisirs. La commodité de cet usage l'a fait perpétuer dans l'Orient. L'empereur de la Chine celui du Mogol, le sophi de Perse et le grand seigneur ont de nombreux sérails.


Le concubinage sous condition dans la Rome antique

Les Romains, sans désapprouver le concubinage, ne l'autorisaient pas entièrement. Numa Pompilius défendit aux concubines de se marier, et d'approcher de l'autel de Junon, sans avoir coupé leurs cheveux et immolé une jeune brebis.
Suivant l'ancien droit, les célibataires et les veufs pouvaient avoir des concubines ; mais quand la loi eut prescrit des conditions pour les mariages, il fut défendu d'avoir le moindre commerce avec des filles qui, par leur fortune ou par leur rang, avaient droit d'aspirer à la qualité d'épouses.
Jules César avait laissé à chacun la liberté de prendre autant de femmes qu'il voudrait. Valentinien donna à cette liberté des bornes dont la nature n'avait point à se plaindre ; mais sous l'un et l'autre empereur il n'était permis d'avoir qu'une concubine à la fois, et quand on la choisissait parmi les esclaves elle devenait libre.


L'interdiction du concubinage

Ce fut l'empereur Léon qui défendit absolument le concubinage ; mais la crainte des peines prononcées par la loi ne prévalut d'abord qu'en Orient sur les douceurs de l'habitude. Les Lombards et les Germains continuèrent encore longtemps à avoir des concubines.

Autres origines :