Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de poche

L'origine de Poche



Une ceinture en guise de poche

Les anciens écrivains ne font jamais mention de poches ; la ceinture leur en tenait lieu, de même qu'aux Orientaux modernes. Des bandelettes serrées autour de la poitrine, et quelquefois la ceinture, leur servaient à conserver les choses précieuses et secrètes. On n'ignore pas que les ceintures tenaient quelquefois lieu de bourse chez les anciens. Les filous avaient alors une adresse particulière pour voler les ceintures dans la foule, c'est pour cela qu'on les appelait coupeurs de ceintures, comme nous les appelons coupeurs de bourses.
Il n'est cependant pas probable que cet usage des ceintures, c'est-à-dire celui d'y mettre de l'argent, ait été fréquent parmi les femmes de l'antiquité. Elles n'étaient pas chargées de la bourse, ni d'acheter les objets nécessaires aux besoins du ménage ; cela était au contraire du ressort du maître de la maison et des esclaves particulièrement chargés de cet emploi. Il arrivait beaucoup plus souvent que les dames voulaient cacher dans leurs habits le cadeau d'un amant, une cablette, etc. ; c'est pour cela qu'elles se servaient d'une large bandelette attachée autour de la poitrine, et qui était un article indispensable de la toilette d'une femme. Des lettres amoureuses y trouvaient aussi quelquefois leur place. « Que je suis à plaindre! s'écrie une amante dans une comédie de Turpilius, intitulée Philopater, que ferai-je ? malheureuse ! j'ai perdu en route la lettre que j'avais cachée entre la tunique et la bandelette. » Ovide, dans son Art d'aimer, apprend aussi à ses écolières la manière de faire passer un billet à la plus rigoureuse inspection. « Eussiez-vous, dit-il, autant de surveillants qu'Argus avait d'yeux, vous les mettrez en défaut, si vous en avez la ferme volonté. Empêchera-t-on que votre confidente n'emporte les tablettes écrites de votre main, sous la large bandelette qui resserre son sein ? empêchera-t-on qu'elle ne plie votre épître amoureuse pour la cacher autour de sa jambe ou enfin dans les liens de sa chaussure ? »


L'usage des escarcelles au moyen âge

Dans le moyen âge, l'usage des escarcelles dispensait de la nécessité d'avoir des poches dans les vêtements. Au début du XIXe siècle les femmes ont proscrit l'usage des poches, et, ne pouvant point se passer de mouchoir, de clef, de bourse, comme les femmes des Grecs et des Romains, dont elles ont imité le costume, elles ont eu recours à une imitation des escarcelles du moyen âge, auxquelles on a donné des formes variées et différents noms, tels que ridicules, sacs, nécessaires, indispensables, etc. ( Millin, Dictionnaire des beaux-arts)

Autres origines :