Accueil > Les origines commençant par P > L'origine de pythagoriciens

L'origine de Pythagoriciens



L'école de Pythagore

Suivant les anciennes traditions, Pythagore et tous les autres philosophes qui présidèrent après lui son école, fondée à Crotone, ne s'écartèrent jamais de l'ordre suivant, tant pour la réception de leurs disciples que pour la manière de les instruire. D'abord on examinait le récipiendaire selon les principes de physionologie, c'est-à-dire qu'on cherchait à démêler quelque indication de ses talents et de ses mœurs dans le caractère de sa figure, dans l'air de son visage, dans sa configuration et dans toutes ses manières ; on lui prescrivait ensuite un certain temps pendant lequel il devait garder le silence.


Les études après le silence

Quand l'adepte était suffisamment exercé à l'art si difficile de se taire et d'écouter, il quittait la classe des taciturnes ; alors, il pouvait librement parler, interroger, écrire ce qu'il avait entendu et manifester ses opinions. Parvenu à ce degré, il prenait le nom de disciple, à cause des sciences qu'il avait déjà commencé d'étudier et d'approfondir, car l'ancienne Grèce appelait disciplines toutes les hautes connaissances, comme la géométrie, la gnomonique et la musique.
Enfin le jeune philosophe, l'esprit orné de toutes ces connaissances, étudiait les merveilles de la nature et les principes de ses opérations, et cette dernière classe se nommait celle des physiciens.


Une société indissoluble

Il n'est pas inutile de remarquer ici que tous ceux qui étaient admis dans l'école de Pythagore, mettaient en commun leurs possessions et leurs biens. Cette union des disciples formait une société indissoluble qui était l'image et la réalité de cette antique communauté de biens et de la vie, dont celle-ci portait le nom touchant et vénérable.

Autres origines :