L'origine de Renonciation

Acte par lequel on renonce à quelque droit, comme à une succession, à la communauté de biens qui a existé entre des époux dont l'un survit à l'autre.


Une anecdote relative à la renonciation

Au sujet de cette dernière espèce de renonciation, M. de Barante nous rappelle un usage qui existait autrefois, et qui paraît assez curieux pour trouver ici sa place. En parlant de Philippe-le-Hardi, duc de Bourgogne, mort le 27 avril 1404, prince à qui ses prodigalités ne laissèrent pas de quoi payer sa sépulture, ni acquitter les dépenses journalières de sa maison, cet auteur dit, dans son Histoire des ducs de Bourgogne : « Sa femme, cette princesse si fière, craignant que les meubles et les biens qu'elle possédait en commun avec son mari ne fussent pas suffisants pour satisfaire aux créanciers, fit ce que les plus chétives bourgeoises ne feraient pas sans honte ; elle renonça authentiquement à la communauté, et s'en vint, dit-on, en signe de cette renonciation, déposer, selon la coutume, sa bourse, son trousseau de clefs et sa ceinture, sur le cercueil de son mari. »

Utilisation des cookies

1001origines et ses partenaires souhaitent utiliser des cookies pour pésenter des publicités, y compris des publicités basées sur les centres d'intérêts.

Vous pourrez à tout moment modifier votre choix en cliquant sur Gestion des cookies en bas de chaque page.



 

Sans publicité, 1001origines ne peut pas exister.Sans revenus publicitaires, 1001origines ne peuvent pas exister. Vous avez choisi de refuser les cookies, notamment ceux nécessaires à la personnalisation des publicités.

L'accès au contenu du site est donc limité. Merci de votre compréhension.