Accueil > Les origines commençant par R > L'origine de rouleau

L'origine de Rouleau



L'ancêtre du livre

Ce que nous appelons aujourd'hui livre se nommait autrefois rouleau, volume, du latin volumen dont la racine est volvere (rouler).
Chez les anciens on ne pliait point les feuilles pour les coudre et les relier ensemble, mais on faisait un rouleau en les superposant les unes sur les autres : en sorte que lorsqu'une matière traitée n'occupait qu'une feuille, celle-ci seule formait un volume, ce qui explique la quantité prodigieuse de volumes de la bibliothèque d'Alexandrie.
Il est souvent parlé dans l'Ecriture de ces rouleaux dont les Juifs conservent encore l'usage dans leurs synagogues. La loi est écrite sur des peaux de vélin cousues ensemble et qu'on roule sur deux bâtons de bois qui sont aux extrémités ; on roule également, et au fur et à mesure, une pièce d'étoffe de soie pour conserver l'écriture. Le tout est renfermé dans un étui enrichi d'ornemens d'argent. On prétend qu'il y a dans l'aron ou armoire d'une synagogue une grande quantité de ces rouleaux, dont aucun n'est d'ailleurs véritablement ancien.


Dans la peinture de moyen age

En peinture on appelle rouleaux ces écriteaux que les peintres du moyen âge, et quelques-uns de ceux qui ont vécu lors de la renaissance des arts, mettaient à la main des figures, ou qu'ils faisaient sortir de leur bouche, et sur lesquels ils écrivaient ce qu'ils supposaient que ces figures disaient de conforme au sujet représenté. Ces rouleaux, d'une invention barbare, ont disparu avec le goût gothique.

Autres origines :