Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de scaphandre

L'origine de Scaphandre


Espèce de vêtement ou de plastron nautique qui sert à se soutenir à la surface de l'eau.


Une invention du chevalier Lanquer

Depuis longtemps on s'est occupé en France, en Allemagne et en Angleterre, de trouver un appareil qui pût, non seulement sauver les naufragés, mais encore faciliter aux soldats le passage des rivières les plus larges, sans les exposer au danger de se noyer.
Le chevalier de Lanquer est le premier qui paraît avoir imaginé le scaphandre. Le sien était composé, à ce qu'on présume, d'espèces de vessies remplies d'air, puisqu'il a pu mettre son appareil dans sa poche. Louis XIV récompensa le chevalier de son invention.


Le perfectionnement des scaphandres

Le docteur Bachstrom, grand chancelier de Lituanie, imprima, en 1641, la description d'une cuirasse en liège, propre à faciliter aux soldats le passage d'une rivière ; ces cuirasses, composées de quatre plaques de liège, appliquées sur le dos et sur la poitrine, ne pesaient que dix livres.
Après M. Bachstrom, M. Boral, de Digne, imagina une soubreveste de liège dont on fit l'essai vers l'an 1659.
En 1751, M. Gelaci proposa une espèce de gilet, composé de plusieurs morceaux de liège, placés comme des écailles de poissons.
M. Wilkinson, en Angleterre, fît construire des gilets garnis de liège dont le célèbre navigateur Byron s'est servi dans quelques circonstances, pendant son voyage autour du monde, en 1765.
M. le comte de Puységur imagina, en 1756, une ceinture de liège, avec laquelle il fit des expériences dans la rade de Granville, où il se jeta à la mer, et se laissa ramener par les flots au rivage, sans peine et sans fatigue.
M. Ozanam, professeur de physique, a décrit, dans ses Récréations, une machine à nager, sans employer de liège, mais qui est peu commode et d'une exécution difficile.
M. l'abbé de la Chapelle a renouvelé le premier scaphandre de M. Bachstrom, qu'il a beaucoup perfectionné.
M. Knight Spencer, de Londres, a imaginé, en 1802, une espèce de ceinture, composée de huit cents bouchons de liège, enfilés, réunis ensemble et recouverts d'une enveloppe de toile cirée. Cette invention, propre à sauver la vie des naufragés, lui a valu la médaille d'argent de la Société philanthropique de Londres pour les secours aux noyés.
Dans l'été de l'an XII (1804), M. Mangin a fait une expérience sur la Seine avec des scaphandres de liège, et a obtenu un succès très brillant. Quarante scaphandriers ont passé et repassé plusieurs fois, de l'une à l'autre rive, quarante hommes avec armes et bagages, les entraînant derrière eux. Après avoir déposé ces hommes à terre, les scaphandriers ont exécuté sur l'eau l'exercice à feu, tant du mousqueton que des pistolets, ont fait des évolutions militaires, et sont revenus à bord en bon ordre, sans le moindre accident.

Autres origines :