Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de sénat

L'origine de Sénat


Sénat, du latin senatus ; racine senex (vieillard) : conseil de vieillards, assemblée des plus notables d'une nation.


Le sénat dans la Grèce antique

Le sénat fut un des établissements que Solon fonda en Grèce ; il avait pour but de fixer et de modérer l'inconstance des assemblées populaires. Pour le former, Solon tira 100 personnes de chacune des quatre tribus, entre lesquelles Cécrops, le premier roi des Athéniens, avait partagé tous les citoyens de l'Attique. Ces 400 personnes furent considérées comme les députés de la nation. Mais Clistène, environ un siècle après Solon, ayant porté le nombre des tribus jusqu'à dix, augmenta aussi celui des sénateurs jusqu'à 500, chaque tribu en fournissant cinquante : c'est ce qui fit donner au sénat le nom de conseil des cinq cents.
Le choix en était confié au sort, pour lequel on se servait de fèves blanches et noires qu'on enfermait dans une urne. Les nouveaux sénateurs subissaient un examen très rigoureux : on exigeait que les hommes destinés à gouverner les autres eussent des mœurs irréprochables. Ils prêtaient le serment de ne donner que de bons conseils à la république ; de faire observer les lois ; de ne pas mettre aux fers un citoyen qui fournit des cautions, à moins qu'il n'eût conspiré contre l'état ou retenu les deniers publics. Ce sénat, formé par la coopération de dix tribus, était conséquemment divisé en dix classes, dont chacune à son tour avait la prééminence sur les autres. Cette prééminence se décidait par le sort ; le temps en était borné, pour les quatre premières, à trente-six jours, et pour les six autres à trente-cinq. Cet ensemble exprimait le nombre des jours de l'année lunaire à Athènes. La première classe s'appelait la classe des prytanes ; elle était entretenue par le public dans un lieu nommé Prytanée ; mais comme elle était encore trop nombreuse pour exercer en commun ses fonctions, on la subdivisait en cinq décuries, composées chacune de dix proëdres, ou présidents. Celui qui était de jour présidait à l'assemblée des sénateurs et à celle du peuple ; il était chargé du sceau public, des clefs de la citadelle, et de la garde du trésor ; il proposait communément les sujets de délibération, et appelait les sénateurs au scrutin. Les neuf autres chambres du sénat avaient de même à leur tête un président qui changeait à toutes les assemblées de cette compagnie, et qui était tiré au sort par le chef des prytanes.
Le sénat se renouvelait chaque année ; il s'assemblait tous les jours, excepté les jours de fêle et les jours regardés comme funestes. On y traitait les affaires les plus importantes de la république, et tel était le sage équilibre que Solon avait établi, que le peuple ne pouvait rien Statuer qui n'eût été proposé et approuvé par le sénat ; et le sénat ne pouvait établir aucune loi qui n'eût été ratifiée par le peuple.


Le sénat dans la Rome antique

Le sénat romain fut créé par Romulus. Ceux qu'on nommait originairement paires étaient en même temps sénateurs. On en choisit un dans chaque tribu et trois dans chaque curie, ce qui les portait à 99, auxquels on adjoignit un citoyen notable, de manière que le sénat était originairement composé de 100 membres. Ce nombre fut doublé par l'introduction des Sabins, après que Romulus eut fait alliance avec Tatius, roi de ce peuple. Mais lorsque, sous le règne de Tullus Hostilius, Albe fut démolie, six familles de cette ville furent inscrites dans le sénat pour y remplir les places vacantes, Tarquinius Priscus grossit encore cette assemblée d'un tiers, pris dans la classe des plébéiens. Sylla y ajouta un nombre égal de chevaliers, ce qui la porta à 600 ; mais, vers la fin de la république, ce nombre ayant été au-delà de 1000, Auguste le réduisit de nouveau à 600. Les sénateurs rassemblés en corps se nommaient patres conscripti. Leur élection se faisait au commencement par les rois, ensuite par les consuls, puis par les censeurs, et une fois extraordinairement par le dictateur. Sous les empereurs, on choisit quelques triumvirs pour faire ces élections. Les sénateurs se distinguaient aussi par un costume particulier, notamment par la tunica laticlavia, ainsi nommée d'une large bande de pourpre dont elle était brodée par en bas.
Sous la république, et pendant sa splendeur, le sénat romain ordonnait des affaires de la guerre, nommait les commandants d'armée, les gouverneurs des provinces, réglait les finances, et disposait des revenus de l'état ; mais le sénat, avili sous César, tomba, sous Tibère, dans un état de bassesse dont il ne se releva jamais.
Dans les temps modernes, on a donné le nom de sénat à des assemblées revêtues d'une autorité à peu près analogue à celle des sénats d'Athènes et de Rome. Tels étaient ceux de Venise, de Gênes, de Pologne, etc.


Le sénat en France

En France, le sénat conservateur fut fondé par la constitution de l'an VIII (1799) ; les membres étaient inamovibles et à vie ; ils élisaient, dans la liste nationale, les législateurs, les tribuns, etc. ; ils étaient chargés d'annuler tous les actes qui leur étaient déférés par le tribunat. Lorsque Bonaparte changea la république en empire, il maintint le sénat, qui, supprimé en 1814, fut remplacé par une chambre des pairs.

Autres origines :