Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de sorbonne

L'origine de Sorbonne



Fondée par Robert Sorbon

La maison de Sorbonne a été ainsi nommée de son fondateur Robert, appelé Robert de Sorbonne ou Robert Sorbon, à cause du village de Sorbonne, auprès de Sens, où il était né.
« Robert Sorbon, dit M. Dulaure dans son Histoire de Paris, chapelain du roi saint Louis, connaissant les difficultés qu'éprouvaient les écoliers sans fortune pour parvenir au grade de docteur, établit, en 1253, une maison qu'il destina à un certain nombre d'ecclésiastiques séculiers, qui, vivant en commun et tranquilles sur leur existence, seraient entièrement occupés d'études et d'enseignement. Saint Louis bientôt après voulut participer à cette fondation utile ; il acheta et lui donna, en 1256, une maison située rue Coupe-Gueule, devant le palais des Thermes, et, en 1258, deux autres maisons, l'une située rue des Deux-Portes, et l'autre rue des Maçons. Le prix des locations fut destiné à l'entretien des pauvres écoliers. Le roi donna de plus à ces pauvres écoliers ou pauvres clercs, aux uns deux sous, aux autres un sou, ou même dix-huit deniers par semaine, pour les aider à vivre. Le nombre des pauvres écoliers admis dans ce collège, du temps de saint Louis, s'élevait à cent. »


D'abord appelée Pauvre maison

Ce collège prit d'abord la dénomination très modeste de Pauvre maison, et les maîtres qui enseignaient celle de pauvres maîtres. C'est toujours avec cette attitude d'humilité que se présentent, dans leur commencement, les institutions de cette espèce.
Les maîtres du collège de Sorbonne, enrichis, fortifiés par le temps, oublièrent enfin leur humble origine, troublèrent souvent, par leurs décrets, l'ordre social, quelquefois devinrent la terreur des rois. Cette association de docteurs formait un tribunal redoutable, qui jugeait sans appel tous les ouvrages et les opinions théologiques, condamnait le pape et les rois, et disposait de leur trône et même de leur existence.


La rénovation de la Sorbonne au XVIIe siècle

Les bâtiments et la chapelle de la Sorbonne étaient peu remarquables et tombaient de vétusté, lorsque le cardinal de Richelieu, devenu tout-puissant en France, se rappelant avec intérêt ces écoles, où il avait fait son cours de théologie, et désirant laisser à la postérité un monument de sa munificence, fit reconstruire ces bâtiments sur un plan plus vaste et plus magnifique. En 1629 fut commencée la construction du collège, et en 1635 celle de l'église, qui ne fut achevée qu'en 1659.
C'est à la Sorbonne que furent établies les premières presses d'imprimerie.
La Sorbonne et son enseignement furent supprimés le 5 avril 1792. Les bâtiments furent distribués entre des artistes, peintres, sculpteurs, graveurs : on y vit aussi des gens de lettres, et leurs veuves et leurs enfants. L'église était divisée en ateliers pour des statuaires, et plus tard ou y disposa une salle pour une section de l'école de droit ; mais, en 1818, les beaux-arts restituèrent à la théologie la place qu'elle occupait autrefois ; et la maison de Sorbonne et l'église ont été rendues à leur primitive destination.

Autres origines :