Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de soude

L'origine de Soude



Les différents usage de la soude

La soude a été regardée comme corps simple jusqu'à la découverte du métal dont elle est l'un des oxydes. Elle est blanche, très caustique, et spécifiquement plus pesante que le sodium. Cette base salifiable ne se trouve jamais pure dans la nature : unie aux corps gras, elle forme le savon solide ; combinée avec environ trois fois son poids de silice, elle constitue le verre ; elle est aussi employée à lessiver le linge, et sert dans quelques opérations de teinture.


Les différentes sortes de soude

Le sous-carbonate de soude, sel qu'on trouve abondamment en France, en Espagne, etc., dans la plupart des plantes qui croissent sur les bords de la Méditerranée, et en dissolution dans les eaux de certains lacs. Le carbonate de soude, mêlé avec toutes les matières terreuses entrant dans la composition des plantes marines, reçoit le nom de soude du commerce. L'extraction de cette dernière substance s'opère au moyen de ces plantes, qu'on coupe, qu'on fait sécher à l'air, et qu'on brûle dans des fosses d'environ un mètre de profondeur sur un mètre de largeur. Cette combustion se fait en plein air, dure plusieurs jours, et fournit une masse saline compacte, à demi fondue, que l'on concasse, et que l'on verse dans le commerce sous le nom de soude du pays ou de la plante qui l'a fournie.
Cette soude est composée, en proportions diverses, de sulfate et de sous-carbonate de soude, de sel marin, de sous-carbonate de chaux, d'alumine, de silice, d'oxyde de fer, et de charbon.
Les soudes d'Alicante, de Carthagène et de Malaga sont les plus estimées ; on les extrait particulièrement de la barille, que l'on cultive avec soin sur les côte» d'Espagne.
Le salicor, ou soude de Narbonne, provient de la combustion du salicornia annua ; on l'emploie particulièrement dans les verreries.
Le varec, ou soude de Normandie, s'extrait des fucus qui croissent abondamment sur toutes les côtes de l'Océan : c'est la moins riche.
On se sert aussi dans le commerce de soudes artificielles ; elles s'obtiennent en calcinant ensemble une certaine quantité de sulfate de soude, de charbon et de craie.

Autres origines :