Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de soudure

L'origine de Soudure



Déjà connue dans la Grèce antique

Dès avant la guerre de Troie, les Grecs connaissaient plusieurs parties de l'orfèvrerie. On voit, dans les écrits d'Homère, les princes des Grecs se servir de coupes, d'aiguières et de bassins d'or et d'argent. Ce poète parle souvent d'ouvriers qui savaient mêler l'or avec l'argent pour en faire des vases précieux. Les Grecs connaissaient donc, dès les siècles héroïques, l'art de souder ces métaux.
Selon Winckelmann, les boucles des cheveux des figures antiques y sont ordinairement fixées par la soudure. Le plus ancien ouvrage de ce genre, dit-il, est un buste de femme dans le musée d'Herculanum ; sur le front de ce buste, on compte cinquante boucles, qui ont l'air d'être faites d'un fil d'archal fort, de l'épaisseur à peu prés d'une plume. Dans le même musée il y a encore, selon cet auteur, une jeune tête virile de portrait, où l'on compte jusqu'à soixante-huit boucles attachées nu moyen de la soudure ; et une belle tête, désignée vulgairement comme le portrait de Platon, dont les boucles de cheveux, auprès des tempes, sont également soudées.
Selon l'auteur du Voyage du jeune Anacharsis, ce fut un nommé Glacus, de Chio, qui le premier trouva le secret de souder le fer.

Autres origines :