Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de sténographie

L'origine de Sténographie


Art d'écrire en abrégé ou de réduire l'écriture dans un plus petit espace.


La sténographie dans l'antiquité gréco-romaine

Cet art d'écrire en caractères ou signes abréviateurs était connu des Grecs et fut probablement inventé par eux. Plutarque parle des signes dont se servait Xénophon pour suivre les discours de Socrate. La sténographie passa de la Grèce à Rome : Cicéron avait un affranchi, nommé Tiron, qui y était très habile. Ce sont les notes de Tiron qui ont donné lieu à la sténographie que l'on pratique aujourd'hui en Angleterre et en France, et à d'autres écritures abrégées, connues sous les noms de brachygraphie, cryptographie, tachygraphie.


La sténographie en France

Chez les modernes, Samuel Taylor, professeur anglais, s'est distingué dans cet art, et Théodore Berlin a adapté la méthode de Taylor à la langue française avec quelques changements. En France, depuis la révolution, les séances des différents corps législatifs et les débats de la tribune ont beaucoup contribué à étendre et à perfectionner la sténographie, les écrivains chargés de la rédaction des journaux ne pouvant qu'à l'aide de ce moyen recueillir textuellement les discours des orateurs.

Autres origines :