Accueil > Les origines commençant par S > L'origine de suse

L'origine de Suse



La ville et l'arc-de-triomphe

Suse, Susa, Segusium, ville d'Italie, au fond d'une vallée, sur la droite de la Doire-Ripaire, près du confluent de la Cenise et à l'embranchement des deux routes du Mont-Cenis et du Mont-Genèvre. Elle est élevée de 483 mètres au-dessus de la mer, et se trouve dans une situation agréable.
On y remarque un arc-de-triomphe en marbre blanc, érigé en l'honneur d'Auguste par le préfet romain nommé Cottius, d'où dérive, à ce que l'on croit, le nom de Cottiennes donné à la partie des Alpes qui l'avoisine : il existe dans les environs un marbre renommé sous le nom de Vert de Suse.


Une ville dévastée

Cette ville, très ancienne, fut autrefois d'une grande importance comme place de guerre, et la clef de l'Italie de ce côté de la France : aussi fut-elle souvent attaquée et dévastée dans les différentes guerres. Saccagée tour-à-tour par les Goths, les Vandales, Constantin, les Sarrasins, l'empereur Barberousse ; en proie à des dissensions intestines, elle perdit son antique splendeur, et elle n'a pu se relever de tant de désastres. Le fort de la Brunette, qui était situé sur la gauche de la rivière, et qui faisait partie de ses défenses, a été démantelé en 1798, en vertu d'un traité entre la république française et le roi de Sardaigne. Les Français s'étaient emparés de Suse sous Louis XIII, en 1629, et s'en rendirent encore maîtres en 1690, mais ils ne la gardèrent que six ans : l'ayant reprise en 1704, elle leur fut enlevée de rechef en 1707. Réunie plus tard à l'empire français, cette ville déviât le chef-lieu d'un arrondissement, dans le département du Pô ; enfin, depuis 1815, la France en a perdu la possession.

Autres origines :