Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de tête

L'origine de Tête



La tête couverte

Les anciens étaient dans l'usage de se couvrir la tête avec le bout de la robe : les Romains se la couvraient du pan de la toge ; mais on paraissait la tête découverte en présence des personnes à qui on voulait marquer du respect, et c'était, selon Winckelmann, une incivilité de garder sur la tête le vêtement dont on se couvrait.
Autrefois c'était l'usage, en France, d'avoir la tête couverte devant le roi. Lorsque le monarque adressait la parole à quelque courtisan, celui-ci devait seulement baisser son chaperon. Cet usage a duré jusqu'à la fin du XIVe siècle, que Charles VIII, qui passa en Italie, voyant les seigneurs napolitains découverts devant lui, ordonna à tous les seigneurs français qui l'accompagnaient, de ne pas se couvrir dans sa chambre lorsqu'il y aurait quelques princes ou seigneurs italiens.
Vers la fin du règne de Louis XII, les seigneurs s'étaient peu à peu accoutumés à se tenir découverts devant le roi ; mais plusieurs, pour n'avoir pas la tête absolument nue, mettaient des coiffes faites à peu près comme les béguins que les enfants portent.
Sous François Ier, la politesse italienne nous subjugua ; personne ne parut plus couvert devant le roi, et cette politesse a passé insensiblement de la cour à la ville, et est parvenue au point que les hommes, pour peu qu'ils fussent aisés et propres, ne portaient plus que quelque reste de chapeau sous le bras. En 1605, le duc d'Ossone s'étant couvert devant Henri IV, ce monarque fit signe au comte de Soissons et au duc de Guise de l'imiter.


La tête en musique

On appelle ainsi le corps d'une note qui en détermine la position, et à laquelle tient la queue quand elle eu a une.
Avant l'invention de l'imprimerie, suivant la remarque de J.-J. Rousseau, les notes n'avaient que des têtes noires, car, la plupart des notes étant carrées, il eût été très long de les faire blanches en écrivant. Dans l'impression, l'on forme des têtes de notes blanches, c'est-à-dire vides dans le milieu. Aujourd'hui les unes et les autres sont en usage ; une tête blanche marque toujours une valeur double de celle d'une tête noire.

Autres origines :