Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de théodolite

L'origine de Théodolite



Une invention anglaise

Instrument de géodésie et d'astronomie, employé à la mesure des angles. C'est un cercle entier dont le limbe, sur lequel sont tracées les divisions, se dispose toujours horizontalement. Dans ce but les deux lunettes qui y sont adaptées sont plongeantes ou ont la faculté de se mouvoir dans le sens vertical. L'une d'elles sert simplement de repère, lorsque l'autre, qui lui est supérieure et qui porte un vernier, est fixée sur un des deux objets dont on cherche la distance angulaire. La graduation est ordinairement tracée sur un limbe d'argent d'un diamètre assez grand pour que les angles puissent être évalués à un très petit nombre de secondes près.
Mous ignorons la date précise de l'invention de cet instrument, mais il paraît que les Anglais sont les premiers qui en aient fait usage dans les opérations de l'arpentage. Le 80e volume des Transactions philosophiques, contient une description très détaillée de celui qui fut imaginé et construit à Londres par le célèbre Ramsden.


Le perfectionnement du théodolite

Borda, pour rendre les goniomètres à la fois plus portatifs et plus exacts, proposa de leur donner de petites dimensions, et imagina, d'après une idée très ingénieuse de l'astronome Mayer, de les rendre propres à répéter indéfiniment la mesure d'un angle, afin d'atténuer les erreurs de la division et du pointé. Le cercle entier qui jouit de cette propriété se nomme pour cette raison cercle répétiteur ou multiplicateur.
Celui qui est à réflexion et dont on se servait dans la marine, a été décrit par Borda lui-même, dans un ouvrage publié en 1787. A cette époque ce savant géomètre fit construire par Lenoir un cercle répétiteur à l'usage de la géodésie et de l'astronomie. Ce nouvel instrument fut employé pour la première fois par MM. Legendre et Cassini à l'occasion de la jonction des observatoires de Paris et de Greenwich, à l'aide d'un réseau de triangles. Par la suite, ces deux instruments servirent presque exclusivement aux observations géodésiques et nautiques les plus importantes.
Le principe de la répétition a été appliqué également au théodolite, et l'on doit surtout à Reichenbach de Munich les plus précieux instruments de ce genre.

Autres origines :