Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de transpiration insensible

L'origine de Transpiration insensible


On appelait ainsi la sortie des humeurs par les pores de la peau, quand elle n'est pas assez abondante pour être aperçue par les sens, comme dans la sueur.


Les expériences sur la transpiration insensible réalisées au XVIIe siècle

Les anciens, Hippocrate, Galien, etc., connaissaient cette espèce d'évacuation.
On ne sait pas au juste à quelle époque remontent les expériences sur la transpiration insensible ; mais les plus nombreuses et les plus certaines sont celles qu'a faites Sanctorius, célèbre médecin italien, qui a vécu de 1561 à 1636. Il se mettait dans une balance après avoir pesé les aliments qu'il prenait, et par ce moyen répété tous les jours, il tâchait de parvenir à déterminer le poids et la quantité de la transpiration insensible. Il a reconnu que l'on perd plus dans un jour par la transpiration, que l'on ne fait en quinze par les autres évacuations ; et que si les aliments et la boisson d'un jour pèsent huit livres, la transpiration montera jusqu'à cinq, et on ne rendra que trois livres par les voies ordinaires.
Si nous perdons beaucoup par la transpiration, il arrive aussi que l'air et les vapeurs entrent dans notre corps par les pores de la peau. Cardan parle d'une femme dont les urines journalières pesaient vingt-sept livres, quoique tous ses aliments secs et liquides n'en pesassent que quatre.
Denys Dodart, médecin de Louis XIV, a fait, en 1677, une expérience à la manière de Sanctorius. Il se pesa le premier jour du carême, et se trouva du poids de cent seize livres et une once ; il fit ensuite le carême, comme il a été observé dans l'Eglise jusqu'au XIIe siècle, ne buvant et ne mangeant que sur les six heures du soir : le samedi de Pâques, il ne pesait plus que cent sept livres onze onces, c'est-à-dire que, par une vie si austère, il avait perdu en quarante-six jours huit livres cinq onces, qui faisaient la quatorzième partie de sa substance. Il reprit sa vie ordinaire, et au bout de quatre jours il regagna quatre livres.
Ce docteur a observé que seize onces de sang tiré se réparaient en moins de cinq jours dans un homme bien constitué.
D'après les expériences les plus modernes sur la transpiration insensible, il est reconnu qu'elle est de dix-huit grains par minute ou de vingt-cinq mille neuf cent vingt grains (2 livres 13 onces) par jour. La transpiration cutanée est d'une livre onze onces quatre gros, et la transpiration pulmonaire est d'une livre une once quatre gros.

Autres origines :