Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de trempe

L'origine de Trempe



Un art déjà connu dans l'antiquité

Quoique l'airain remplaçât le fer en beaucoup de circonstances dans les temps antiques, et que le premier de ces métaux paraisse avoir été connu longtemps avant le second, les anciens n'ont pas ignoré absolument l'usage du fer, ni par conséquent l'art de le rendre malléable. Chez les Égyptiens, il y avait une tradition qui portait que Vulcain leur avait appris à forger les armes de fer.
Les Phéniciens mettaient aussi au nombre de leurs anciens héros deux frères qui passaient pour avoir trouvé le fer et la manière de le travailler. Moïse relève la dureté de ce métal ; il compare la rigueur de la servitude que les Israélites éprouvèrent en Egypte à l'ardeur du fourneau où le fer est mis en fusion. On en faisait des épées, des couteaux, des cognées, et des instruments à tailler les pierres ; ce qui prouve quel on n'ignorait pas comment le fer pouvait être converti en acier.


Les expériences sur la trempe de M. Darcet

M. d'Arcet a démontré, par des expériences, que ce n'est point par la trempe ou l'immersion dans l'eau froide que le bronze se durcit, comme il arrive à l'acier ; il obtient au contraire sa dureté, lorsqu'après avoir été rougi, on le laisse refroidir lentement à l'air. M. d'Arcet a tiré parti de cette propriété pour faire des cymbales, instrument qu'on avait jusqu'ici tiré de Constantinople, où un seul ouvrier parvient, dit-on, à les fabriquer par un procédé dont il fait un secret. M. Mongez, dans un mémoire lu à l'Institut, prouve que les anciens traitaient le bronze comme nous venons de l'expliquer, et c'est d'après ses recherches que M. d'Arcet a fait ses expériences. (Analyse des travaux de la classe des sciences physiques et mathématiques de l'Institut, 1814).

Autres origines :