Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de trictrac

L'origine de Trictrac


Ce mot est une véritable onomatopée, et imite fort bien le bruit que font les dés et les dames en roulant sur le tablier.


Un jeu connu depuis l'antiquité

Les anciens avaient un jeu qui ressemblait assez à notre trictrac. Les Grecs l'appelaient diagrammismos, et les Latins duodena scripta. La table sur laquelle on jouait était carrée et partagée par douze lignes sur lesquelles on arrangeait les jetons comme on le jugeait à propos, en se réglant néanmoins sur les points des dés qu'on avait amenés. Ces jetons ou dames, nommés calculs, étaient, chez les Romains, au nombre de quinze de chaque côté, de deux couleurs différentes. La fortune et le savoir dominaient également dans ce jeu ; et un joueur habile pouvait réparer par sa capacité les mauvais coups qu'il avait amenés. Lorsqu'on avait avancé quelque jeton et qu'on s'apercevait avoir mal joué, on pouvait, avec la permission de son adversaire, recommencer le coup.
Le diagrammismos des Grecs n'avait que dix lignes et douze jetons.


L'histoire persane relative au trictrac

« Belagi succéda, est-il dit clans les Annales de la littérature et des arts, à Shirham dans le royaume de l'Inde. A peine monté sur le trône, il refusa de payer à Nushirravan, roi de Perse, un tribut auquel s'était assujetti son prédécesseur, et ces deux princes se déclarèrent, à ce sujet, une guerre qui menaçait d'avoir les suites les plus funestes. Après plusieurs batailles sanglantes, le roi de l'Inde, pour terminer leurs différents, envoya au roi de Perse un ambassadeur avec un jeu d'échecs, en lui promettant de lui payer le tribut si les Persans pouvaient découvrir la marche de ce jeu, sans qu'on la leur enseignât.
Le roi assembla tous les savants de la Perse, et les consulta sur cet objet. Bouzourgemhir, un de ses conseillers, parvint à découvrir les mystères des échecs ; mais, peu satisfait de n'avoir pas été vaincu par les Indiens dans cette guerre innocente, le Persan voulut leur arracher l'aveu de leur infériorité. Excité par ce noble motif, il inventa le trictrac, et le roi de Perse le choisit lui-même pour porter au roi de l'Inde l'explication des échecs, avec le défi de deviner le nouveau jeu que cet ingénieux conseiller avait découvert. Le roi de l'Inde commença par envoyer en Perse le tribut dont il était convenu ; mais il réunit en vain les esprits les plus subtils de son royaume pour pénétrer la marche du trictrac. La chose fut jugée impossible, et Bouzourgemhir, en ennemi généreux, leur en dévoila les secrets. »

Autres origines :