Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de trompe

L'origine de Trompe



Un instrument de musique inventé au XIXe siècle

En 1806, M. Frichot présenta au Conservatoire un instrument appelé basse-cor. Ce basse-cor n'était, à cette époque, que le serpent, dont la forme incommode avait été rendue moins embarrassante, et dont les sons, inégaux dans leur intensité, peu justes dans leurs rapports réciproques, avaient acquis de la justesse et de l'égalité par l'adjonction de plusieurs clefs de l'invention de l'auteur.
Depuis les changements faits à cet instrument par M. Frichot, il l'a nommé basse-trompette. La commission formée en 1811 pour faire un rapport sur cet instrument a cru que le nom générique de trompe semblait mieux lui convenir que celui de basse-trompette, parce que son diapason se compose de deux parties très caractérisées, l'une comprenant toute l'étendue du serpent, et l'autre les étendues réunies de la deuxième et de la première trompette.
Quel que soit d'ailleurs le nom adopté pour cet instrument, la commission a pensé que cette invention, qui ne laisse rien à désirer pour sa perfection, était d'un grand intérêt pour l'art. Dans la musique dramatique, par son étendue, par la puissance et la beauté de ses sons, cet instrument donne aux compositeurs les moyens de combiner de nouveaux effets. Dans la musique militaire, il ajoute beaucoup à son éclat, s'il est heureusement employé dans les caractères dont il est susceptible. Enfin, dans la musique d'église, il dirigera et soutiendra les intonations du plain-chant avec une justesse et une égalité qui doivent lui faire obtenir une préférence exclusive sur le serpent, instrument depuis longtemps reconnu vicieux sous ces deux rapports, quoique, dès son origine, il fut en France spécialement consacré à cet usage.


Les trompes de fallope

On appelle ainsi certaines parties du corps, parce qu'elles ont à peu près la figure d'une trompette, et qu'elles passent pour avoir été découvertes par Fallope, Modénois, mort en 1562. On les trouve cependant décrites dans Ruffus d'Ephèse ; et l'habile médecin Drelincourt a fait voir que ces trompes avaient été très connues de presque tous les anciens, à commencer par Hippocrate.

Autres origines :