Accueil > Les origines commençant par V > L'origine de vaudeville

L'origine de Vaudeville


Sorte de chanson faite sur un air facile à chanter, et dont le sujet est ordinairement quelque aventure, quelque intrigue du temps. Ce mot se trouve écrit dans nos anciens auteurs vade-ville, voix-de-ville, vau-de-ville et vau-de-vire.


Une origine normande

Le vaudeville est d'origine normande, et ce mot vient du nom de val de Vire, c'est-à-dire de la vallée de la rivière de Vire, où le foulon Olivier Basselin, qui passe pour l'inventeur de ce genre de poésie, amusait au XVe siècle ses compatriotes par ses chansons facétieuses et satiriques. Les Normands avaient tant de goût pour ces chansons spirituelles et malignes que, dans les processions mêmes, ils ne pouvaient s'empêcher de chanter quelques refrains malicieux, tandis que le clergé reprenait haleine ; et il paraît incontestable que le vaudeville eut d'abord le nom du lieu où il prit naissance : entre autres témoignages, ces vers de l'Art poétique du Normand Vauquelin de la Fresnaye l'attestent :

Chantant en nos festins ainsi les vaux-de-vire
Qui, sentant le bon temps, nous font encore rire.

Voici ce que dit Ménage dans son Dictionnaire étymologique : « Vaudeville, par corruption au lieu de vau-de-vire. C'est ainsi qu'on appelait anciennement ces chansons, parce qu'elles furent inventées par Olivier Basselin, qui était un foulon de Vire en Normandie, et qu'elles furent premièrement chantées au Vau-de-vire, qui est le nom d'un lieu proche de la ville de Vire. »
Charles de Bourqueville, dans ses Antiquités de Caen: « C'est aussi le pays (il parle de Vire) d'où sont procédées les chansons que l'on appelle vaux-de-vire... » Voici l'endroit de Belleforest, qui est du premier volume de sa Cosmographie : « De cette ville de Vire et du pays de Vau-de-Vire portent et tiennent leur nom ces chansons anciennes et communes que le vulgaire mal à propos appelle des vaudevilles, desquelles fut auteur un Olivier Basselin, auquel n'en faut ravir l'honneur. »
Après avoir parlé de la satire, Boileau ajoute :

D'un trait de ce poème, en bons mots si fertile,
Le Français, né malin, forma le vaudeville ;
Agréable indiscret, qui, conduit par le chant,
Passe de bouche en bouche, et s'accroît en marchant.
La liberté française en ces vers se déploie :
Cet enfant de plaisir veut naître dans la joie.

(Art poétique)


Une petite comédie

On appelle aussi vaudeville une petite comédie dans laquelle le dialogue est semé de vaudevilles.
Panard essaya de rassembler dans un cadre quelques chansons qu'il sut lier à une intrigue peu compliquée ; il réussit parfaitement, et donna ainsi naissance aux pièces dramatiques appelées vaudevilles. Embellie par le prestige d'une musique simple et facile à retenir, cette petite comédie morale plut tellement, que ses couplets et ses airs passèrent du théâtre dans tous les cercles, et bientôt de bouche en bouche.

Autres origines :