Accueil > Les origines commençant par V > L'origine de vernis

L'origine de Vernis



Découvert au XVIe siècle

L'art de composer le vernis a été longtemps ignoré en Europe. Ce n'est qu'au XVIe siècle que, les missionnaires jésuites étant entrés dans la Chine, on commença à connaître le vernis, qui est devenu l'objet de tant de recherches. Ce vernis est une résine qui découle d'un arbre nommé au Japon sitz-dsiu, et tsi-chu en Chine. Depuis ce qu'en ont publié, au XVIIe siècle, le père Martini et le père Kircher dans leurs ouvrages, il est incroyable combien l'on s'est exercé en Europe pour trouver un vernis supérieur à celui-là, soit en le perfectionnant, soit en imaginant différentes combinaisons de gomme, de résine, etc.


Les vernis sur terre cuite

Le vernis sur terre cuite a été trouvé par un potier de Schelestadt, dans la Haute-Alsace, au XIIIe siècle.


Le vernis gras et le vernis dessiccatif

On distingue en général deux sortes de vernis : les vernis gras et les vernis dessiccatifs. Les premiers s'obtiennent en dissolvant dans des huiles, à l'aide du feu, les bitumes ou résines sur lesquels l'alcool n'a point d'action. Ces vernis ne sont point sujets à être altérés par l'eau ; ils se sèchent difficilement et sont ordinairement colorés.
Les vernis dessiccatifs se font avec des matières résineuses, tenues en dissolution dans l'alcool ; lorsqu'on applique ces vernis, l'alcool s'évapore promptement et laisse la résine sous la forme d'un enduit très brillant. Cet enduit est facilement altéré par l'air, l'humidité ou la chaleur ; il finit par se fendre ou se gercer.

Autres origines :