Accueil > Les origines commençant par V > L'origine de voyages

L'origine de Voyages



Depuis l'Antiquité

Les anciens n'étaient pas moins convaincus que les modernes de l'utilité des voyages ; ils croyaient avec raison que rien ne pouvait suppléer à ce genre d'étude. Aussi Homère, dans l'Odyssée, commence-t-il l'histoire de son héros en disant qu'il a vu les villes de beaucoup de peuples et connu leurs mœurs. Diodore de Sicile nomme, parmi les voyageurs illustres, Homère, Lycurgue, Solon, Pythagore, Démocrite, Eudoxe et Platon ; Strabon nous apprend qu'on montra longtemps en Egypte la maison où ces deux derniers demeurèrent ensemble pour profiler de la conversation des prêtres de celle contrée qui possédaient seuls les sciences contemplatives.
Aristote voyagea, avec son disciple Alexandre, dans toute la Perse et dans une partie de l'Asie ; Cicéron met Xénocrate, Crantor, Arcésilas, Carnéades, Philon, Possidonius, etc., au rang des hommes célèbres qui illustrèrent leur patrie par les lumières qu'ils avaient acquises en visitant les pays étrangers.


Un moyen de se cultiver

Ce goût des anciens pour les voyages s'explique naturellement par la difficulté que présentait l'élude des sciences et de la philosophie dans un temps où les livres étaient beaucoup moins répandus qu'ils ne le sont de nos jours ; cette difficulté rendait les voyages plus fréquents par la nécessité où se trouvaient les gens qui cherchaient à s'instruire de visiter les pays célèbres, ou d'aller profiler des leçons des savants des diverses contrées du globe.
Si des anciens nous passons aux modernes, nous trouvons un nombre considérable de voyageurs qui depuis plus de cinq cents ans se sont succédé presque sans interruption. L'auteur des Amusements philologiques nous en fournit une liste.

Autres origines :