Accueil > Les origines commençant par T > L'origine de tachygraphie (ou tachéographie)

L'origine de Tachygraphie (ou tachéographie)


L'art d'écrire aussi vite que la parole. Les anciens n'ignoraient point cet art.


La tachygraphie dans la Grèce antique

Sans remonter aux Égyptiens, dont les hiéroglyphe étaient plutôt des symboles qui représentaient des êtres moraux sous l'image et les propriétés d'un être physique, nous trouvons chez les Grecs des tachéographes et seméiographes, comme on le peut voir dans Diogène-Laërce et autres auteurs.


La tachéographie dans la Rome antique

C'est sous le consulat de Cicéron qu'on voit les premières traces de cet art chez les Romains. Tiron, un de ses affranchis, mit en usage cette invention utile dans l'affaire de Catilina ; cependant Paul Diacre attribue l'invention des 1100 premiers caractères à Ennius, et croit que Tiron ne fit qu'étendre et perfectionner cet art. Ceux qui l'exerçaient s'appelaient cursores (coureurs), à cause de la rapidité avec laquelle ils traçaient le discours sur le papier. Ces cursores ont été depuis nommés notarii, à cause des notes dont ils se servaient ; et c'est l'origine des notaires, dont l'usage principal, dans les premiers siècles de l'Eglise, était de transcrire les sermons, discours ou homélies des évêques.
Les rabbins se sont fait aussi une tachygraphie par des abréviations qui sont des espèces de mots techniques dans lesquels chaque consonne tient lieu d'un mot entier.


La tachygraphie en France

En France, dit M. Morin dans son Dictionnaire étymologique, la tachygraphie se fait en retranchant des lettres ou des syllabes entières des mots ; comme sdm pour secundum ; aut pour autem ; st pour saint. Les premiers imprimeurs imitaient ces abréviations. Wallis, Shelton, Wilkins, tous trois Anglais, et quelques autres auteurs, ont donné des traités de tachygraphie.
En 1799, M. Pront a publié un ouvrage de sténographie sous le titre d'Eléments d'une typographie qui réduit au tiers celles en usage, et d'une écriture qui gagne près de trois quarts sur l'écriture française, l'une et l'autre applicables à toutes les langues.

Autres origines :