Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de clavi-cylindre

L'origine de Clavi-cylindre



Une invention de M. Chladni

M. Chladni, correspondant de l'académie de Pétersbourg, et membre de plusieurs autres sociétés savantes, a présenté à la classe des beaux-arts de l'Institut, dans la séance du 19 décembre 1808, un instrument de musique de son invention, qu'il appelle clavi-cylindre. Il a fait entendre son instrument à une commission composée de membres pris dans cette classe et dans celle des sciences ; cette commission a fait sur cet instrument un rapport dont voici l'extrait :
« Le clavi-cylindre est un instrument à touches, de même forme à peu près que le forte-piano, mais de dimensions plus petites. Sa longueur est de 0,80 mètre, sa largeur de 0,50 mètre, et son épaisseur de 0,18 mètre. L'étendue de son clavier est de quatre octaves et demie, depuis l'ut le plus grave jusqu'au fa le plus aigu du clavecin.Lorsqu'on veut jouer de cet instrument, on fait tourner au moyen d'une manivelle à pédale, munie d'un petit volant, un cylindre de verre placé dans la caisse, entre l'extrémité intérieure des touches et la planche de derrière de l'instrument. Ce cylindre, de même longueur que le clavier, lui est parallèle, et en abaissant les touches, on fait frotter contre sa surface les corps qui produisent les sons.
L'auteur fait un secret du mécanisme intérieur ; les corps sonores sont cachés, le cylindre seul est visible ; et il est à présumer que cette pièce elle-même serait cachée aussi, sans la nécessité où l'on est de la mouiller de temps en temps lorsqu'on joue du clavi-cylindre.
Nous ne pouvons donc rendre compte que de l'effet musical de l'instrument, sur lequel M. Chladni, également habile dans la théorie et dans la pratique de la musique, nous a exécuté plusieurs morceaux que nous avons entendus avec le plus grand plaisir.
Cet instrument a, quant à la qualité et au timbre du son, beaucoup d'analogie avec l'harmonica, sans exciter, comme celui-ci, dans le système nerveux, un agacement et une irritation très sensibles dans quelques individus, et qui les mettent en état de souffrance.
Le clavi-cylindre a sur l'harmonica l'avantage d'une graduation d'intensité de son mieux nuancée entre les dessus et les basses. Il est même à cet égard supérieur au bourdon, celui des jeux de l'orgue de chambre auquel on pourrait le comparer.
Il était important de savoir si chacun des corps sonores renfermés dans la caisse produisait le son sans perte de temps aussitôt que sa touche était baissée. Plusieurs d'entre nous, pour s'en assurer, ont mis la main sur le clavier et ont reconnu que le clavi-cylindre ne laissait presque rien à désirer à cet égard. »

Autres origines :