Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de baïonnette

L'origine de Baïonnette


Cette arme, dont l'auteur reste inconnu, fut inventée à Bayonne (autrefois orthographié Baïonne), d'où lui vient son nom.
Cette arme, que jadis, pour dépeupler la terre,
Dans Baïonne inventa le démon de la guerre,
Rassemble, en même temps, digne fruit de l'enfer,
Ce qu'ont de plus terrible et la flamme et le fer.

(Votaire)


Au bout du fusil

L'usage de la mettre au bout du fusil est de l'institution de Louis XIV Avant lui on s'en servait quelquefois, mais il n'y avait que quelques compagnies qui combattissent avec cette arme. Le premier régiment qui eut des baïonnettes et qu'on forma à cet exercice, fut celui des fusiliers, en 1671, depuis Royal-Artillerie. Cette arme a été ensuite donnée à tous les autres régiments.
Les troupes françaises sont très redoutables la baïonnette au bout du fusil, ce qui a fait dire à un de nos littérateurs :
Que la baïonnette homicide
Au devant de vos rangs étincelants, avide,
Hurle les bataillons par le fer déchirés.
Le fer, amis ! le fer ! il presse le carnage :
C'est l'arme du Français ; c'est l'arme du courage,
L'arme de la victoire et l'arbitre du sort.
Le fer ! il boit le sang ; le sang nourrit la rage
Et la rage donne la mort.

(La Harpe)

Dans le commencement on mettait la baïonnette dans le canon du fusil. Si le coup n'était pas tiré, on ne pouvait plus le faire, parce que la baïonnette bouchait le canon. On a suppléé à cet inconvénient par le moyen de la douille qui embrasse en dehors le bout du canon ; en sorte que la baïonnette n'empêche ni de tirer ni de charger.

Autres origines :