Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de aides

L'origine de Aides



Des impôts introduits sous Charles V

Les impôts connus sous ce nom ce nom furent introduits sous Charles V, vers 1370, afin de payer la rançon du roi Jean, son père, fait prisonnier à la bataille de Poitiers. Mais les successeurs de Charles V ne négligèrent pas ce nouveau moyen de se procurer de l'argent. Outre les tailles et autres impôts fixes et perpétuels, les rois étaient dans l'usage de lever des espèces de subsides dans les cas extraordinaires ; mais ces subsides étaient momentanés, ainsi que la preuve en est acquise par lettres de Philippe-le-Bel, du 9 octobre 1303.
Il dit, art. 1 : « Tous archevêques, évêques, abbés et autres prélats, et toutes personnes d'église, les ducs, comtes, barons, les dames et demoiselles, et autres nobles, feront aide au roi pendant les mois de juin, juillet, août et septembre, par chacun 500 livres de revenu en terres, d'un gentilhomme bien armé et monté sur un cheval, de 50 livres tournois, etc. »
Une autre lettre, adressée au sénéchal de Xaintonge, porte ces termes : « Comme naguère nous ayons fait notre fils chevalier, et que de celle chevalerie les gens de notre royaume sont tenus à nous faire certaine aide, nous vous commandons que, vous leviez ladite aide en la manière qu'il a été fait autrefois en cas semblable. »

Le mot aide, dans le sens d'impôt, de juridiction pour lever cet impôt, vient donc d'aider, parce que les aides aidaient le prince dans les circonstances difficiles et dispendieuses.


Des impositions obligatoires et perpétuelles

Ces subsides volontaires et passagers qui n'étaient d'abord qu'à raison d'un sou pour livre du prix des denrées, ont été successivement montés à des droits beaucoup plus forts et convertis en impositions obligatoires et perpétuelles.
Les super-intendants ou commissaires, qui avaient été précédemment établis à l'effet et de connaître des discussions qui pourraient naître sur la perception de ce nouvel impôt, furent nommés généraux des aides, et, réunis en corps par François Ier, commencèrent à former un tribunal : c'est de là que l'ancienne cour des aides tirait son origine.

Autres origines :