Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de cèdre

L'origine de Cèdre



L'introduction du cèdre en France

C'est à M. Bernard de Jussieu que la France est redevable du cèdre du Liban. Ce savant eut la satisfaction de voir les deux pieds de cet arbre, que lui-même avait apportés d'Angleterre dans son chapeau, croître sous ses yeux dans le Jardin des Plantes, et élever leurs cimes au-dessus des plus grands arbres.
Les amis de l'agriculture doivent s'empresser d'introduire dans nos landes un arbre qui réussit à merveille dans les terrains incultes et sablonneux : son bois, presque aussi dense que celui du chêne, et d'un grain très fin, peut servir a la plus belle menuiserie. Les Anglais font des espèces de petits barils dont les douves sont moitié de bois de cèdre et moitié de bois blanc ; ils y laissent séjourner du punch ou d'autres liqueurs fortes, et elles y acquièrent un goût et une odeur agréables.
Le cèdre a une belle forme pyramidale ; sa feuille est assez semblable à celle du genévrier, et reste verte même pendant l'hiver.


La disparition des cèdres du Liban

On aura bientôt à déplorer la perte de ces arbres, consacrés par de si grands souvenirs et des traditions si vénérables : MM. de Volney et de Labillardière n'ont plus trouvé sur le Liban, l'un en 1783, l'autre en 1788, que cinq ou sept de ces cèdres de la première grosseur, dans un petit bois d'une centaine d'arbres de même espèce, mais beaucoup moindres, seul reste des immenses forêts dont la montagne était autrefois couverte. Un siècle avant M. de Labillardière, un autre voyageur (de la Roque) y avait encore trouvé vingt de ces gros cèdres : ils ont donc perdu de vingt jusqu'à sept, c'est-à-dire treize individus, dans l'espace d'un siècle.

En complément :

Autres origines :