Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de écho

L'origine de Écho



L'écho en poésie

Les anciens poètes grecs et latins ont inventé cette sorte de poésie, dont le
dernier mot ou les dernières syllabes ont un sens qui répond à chaque vers. Exemple :

Pour vous en dire plus, il faudrait vous pouvoir Voir.
Aura-t-elle pitié de mon mal inouï... Oui.

Nos premiers poètes saisirent avidement ces puérilités. On s'en amusait à la cour de François Ier et de Henri II ; peut-être même y passaient-elles pour des efforts de génie ; mais un siècle éclairé les a appréciées, et le bon goût les a proscrites.


Le vers en échos ou la rime en écho

Ce qu'on appelait autrefois écho ou rime en écho, était, comme le dit Th. Sebilet, dans son Art poétique français, une espèce de rime couronnée ; mais, au lieu que les mots qui constituent la rime couronnée soient répétés et la fin de chaque vers, ici la couronne est hors de la mesure et de la composition du vers.


Les échos artificiels

Se dit de certaines figures de voûte, qui sont ordinairement elliptiques ou paraboliques, et qui redoublent les sons. La manière de faire des échos artificiels est enseignée par le père Blacani, jésuite, dans son Échométrie.
Vitruve dit qu'en divers endroits de la Grèce et de l'Italie, on rangeait avec art sous les degrés du théâtre, en des espaces voûtés, des vases d'airain pour rendre plus clair le son de la voix des acteurs et faire une espèce d'écho.

Autres origines :