Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de entremets

L'origine de Entremets



Apparenté au mot Intermède

« Le mot entremets s'est dit longtemps au lieu de celui d'intermède dans nos pièce de théâtre : entremets de la tragédie de Sophonisbe, dans les œuvres de Baïf ; il signifiait une espèce de spectacle muet accompagné de machines, une représentation comme théâtrale, où l'on voyait des hommes et des bêtes exprimer une action ; quelquefois des bateleurs et autres gens de cette espèce y faisaient leurs tours.
Ces divertissements avaient été imaginés pour occuper les convives dans l'intervalle des services d'un grand festin, dans l'entre-deux d'un mets ou service à un autre mets ; d'où ce mot entremets
Les entremets, dont l'usage s'était vraisemblablement introduit avant le règne de saint Louis, furent employés aux noces de son frère Robert, à Compiègne, en 1237. On pourrait citer un grand nombre de ces espèces de représentations, qui furent longtemps à la mode dans nos cours. On voyait les restes de cette ancienne magnificence, aux noces du prince de Navarre, en 1572, etc. » (La Curne de Sainte-Palaye, Mémoires sur l'ancienne chevalerie, 1781).


Une autre signification du mot Entremets

Olivier de la Marche, dans la description du festin que le duc Philippe de Bourgogne donna à l'Isle, en 1453, dit que parmi les entremets de ce superbe banquet, il introduisit un géant ayant sur sa tête une tresque (une tresse) à la guise des Sarrasins de Grenade, ce qui prouve que le mot entremets n'a pas toujours signifié, comme aujourd'hui, le service qui est entre le rôt et le fruit.

Autres origines :