Accueil > Les origines commençant par G > L'origine de gaz (ou airs)

L'origine de Gaz (ou airs)


Substances très élastiques, fluides, et raréfiées par leur combinaison avec le calorique ; plus ou moins légères, invisibles, d'ordinaire incolores, compressibles. Plusieurs se dissolvent dans l'eau ; l'eau elle-même paraît produite par la combinaison de plusieurs gaz. Les matières animales et végétales en putréfaction donnent plusieurs gaz pour résultat de leur décomposition. L'air que nous respirons est également composé de plusieurs gaz.


La découverte de la composition de l'air

Jusqu'à l'année 1630 on considérait l'air comme un élément, et l'on était loin de soupçonner qu'il fût pesant. Les anciens, sans avoir décomposé l'air, en connaissaient une des plus intéressantes propriétés, celle de nourrir et d'entretenir la vie. Ce fut Jean Rey, médecin, né à Bugue en Périgord, qui le premier donna l'idée de la décomposition de l'air. Un nommé Brun, apothicaire, ayant trouvé que l'étain augmentait de poids dans la calcination, en demanda la cause à Jean Rey ; celui-ci, après avoir répété et varié les expériences de Brun, répondit que cette augmentation de poids était due à l'absorption de l'air.
Cette idée neuve demeura dans l'oubli pendant près d'un siècle et demi. Bayen l'en fit sortir, lorsque, par ses belles expériences, sur la calcination des métaux, il prouva que l'augmentation de leur poids n'est due qu'à l'absorption l'air dans l'opération. Cependant il ne paraît pas qu'il ait eu connaissance des travaux de Jean Rey ; mais alors on se souvint qu'en 1630 ce médecin avait obtenu un résultat semblable dans ses expériences. Il y avait encore loin de cette première découverte aux conséquences des premiers travaux qui ont illustré Lavoisier. Par des expériences multipliées, ce célèbre chimiste trouva qu'il n'y avait qu'une portion de l'air absorbée par les métaux dans leur calcination ; que l'air était composé de deux fluides au moins, de gaz oxygène et de gaz azote ; que l'oxygène, était le seul qui entretenait la combustion des corps et la vie dans les animaux et les végétaux.


Les multiples applications des gaz

La découverte des gaz a produit les plus grands changements en chimie ; elle a fait reconnaître pour corps composés, l'air, l'eau, et plusieurs autres substances qui jusqu'alors avaient été regardées comme des éléments ou corps simples.
On a fait de nombreuses applications des gaz aux usages domestiques, à l'éclairage, au chauffage, à la distillation, etc. La nomenclature chimique et l'étude de cette science ont été rendues plus précises et plus faciles. Parmi les auteurs qui se sont occupés de l'analyse des gaz ou de leur découverte, il faut citer Schéele, auquel une mort prématurée ne permit pas de partager avec Lavoisier la gloire d'avoir créé la théorie nouvelle, lorsqu'il s'occupait en même temps et avec succès des mêmes expériences. Tout le monde connaît les noms de Berthollet, de Humboldt, Gay-Lussac, Thénard, Vauquelin, et Davy en Angleterre. C'est dans les mémoires et les traités publiés par ces savants que les lecteurs pourront trouver des détails qui n'appartiennent pas à la forme de ce dictionnaire.


Le gaz oxygène

Ce gaz n'est guère connu que depuis trente-huit ans. La découverte en est due à Priestley, qui le fit en 1774. Schéele, de son côté, le découvrit presque en même temps. Ce gaz fut d'abord indiqué sous différents noms : on l'appelait air déphlogistiqué, désignation que lui avait donnée Priestley. Schéele l'appela air du feu, d'autres air vital.
Plus pesant que l'air atmosphérique, le gaz oxygène entretient et active la combustion. Uni à l'hydrogène dans la proportion d'une partie de gaz oxygène et de deux d'hydrogène, il forme de l'eau. Par sa réunion avec le gaz azote et une très petite quantité d'eau en vapeur ; il forme l'air atmosphérique, et il devient indispensable à la vie. Il accélère la végétation, et joue un grand rôle dans plusieurs compositions chimiques.


Nouveau gaz inflammable

Le docteur Thomson a découvert un nouveau gaz inflammable composé, qu'il appelle, d'après la nature de ses principes constituants, oxyde de carbone hydrogéné. Sa pesanteur spécifique est de 0,913, celle de l'air étant représentée par 1,000. Il brûle avec une flamme bleu foncé, et détonne lorsqu'il a été mêlé avec l'oxygène et enflammé. Ce gaz est un composé d'oxygène, d'hydrogène et de carbone ; le docteur Thomson le considère comme formé de trois parties d'oxyde carbonique et une d'hydrogène, condensées par leur combinaison en trois parties seulement.

Autres origines :