Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de ablution

L'origine de Ablution


Mot tiré du latin, qui signifie l'action de laver de purifier. Il paraît que les ablutions étaient connues chez les Hébreux dans les temps les plus reculés, puisque Moïse nous apprend que ce fut des miroirs offerts par les femmes qui veillaient à la porte du tabernacle qu'on fit le bassin d'airain destiné aux ablutions.


Une sorte de purification

Les Romains empruntèrent probablement des juifs cette cérémonie religieuse et la regardaient comme une sorte de purification, pour laver le corps, ou quelque partie du corps, avant le sacrifice.
Dans les idées de l'antiquité, la vertu expiatoire de l'eau suivait une espèce d'échelle graduée. Celle de la mer, comme salée, passait pour plus efficace ; d'où vient le proverbe, clavo purior ; à son défaut, on employait celle des fleuves. De simples lotions suffisaient aux péchés véniels.

« Les juifs modernes commencent par se laver le visage et les mains aussitôt qu'ils sont levés. Avant cette ablution ils n'oseraient toucher à quoi que ce soit. Certains rabbins prétendent qu'on ne doit point jeter à terre l'eau dont on s'est servi pour se laver, de peur que, si quelqu'un marchait sur cette eau impure, il ne contractât par là même quelque souillure. D'autres, plus scrupuleux encore, ont étendu si loin la nécessité des ablutions, qu'ils ont décidé que c'était un aussi grand crime de manger son pain sans s'être lavé les mains, que d'avoir commerce avec une femme débauchée. »
(Noël, Dictionnaire de la Fable.)


Un usage fréquent chez les méridionaux

Ces sortes de purifications en usage chez plusieurs peuples méridionaux, sont très fréquentes chez les mahométans qui distinguent trois espèces d'ablutions : l'une qui est une immersion ; l'autre, qui concerne particulièrement les pieds et les mains ; la troisième enfin, où, au lieu d'eau, on emploie du sable ou de la terre.
Les Persans, dit Oléarius, passent la main mouillée deux fois sur leur tête depuis le cou jusqu'au front, et ensuite sur les pieds jusqu'aux chevilles ; mais les Turcs versent de l'eau sur leur tête et se lavent les pieds trois fois. Si néanmoins ils se sont lavé les pieds le matin, avant de mettre leur chaussure, ils se contentent de mouiller la main, et de la passer par-dessus cette chaussure depuis les orteils jusqu'à la cheville du pied.

En complément :

Autres origines :