Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de constellation

L'origine de Constellation


La division des cieux en constellations est fort ancienne, et paraît l'être autant que l'astronomie ; au moins a-t-elle été connue des plus anciens auteurs qui nous restent, soit sacrés, soit profanes.


Connue depuis l'Antiquité

Il en est fait mention dans le livre de Job, témoin cette apostrophe : Peux-tu arrêter les douces influences des Pléiades ou détacher les bandes d'Orion ? On peut observer la même chose dans les écrits d'Homère et d'Hésiode, qui répètent souvent le nom de plusieurs constellations. En un mot, il est vraisemblable que les astronomes ont senti dès le commencement la nécessité de partager ainsi les régions du ciel. Cette première division est contenue dans le catalogue de Ptolémée, compris dans le livre septième de son Almageste ; elle était préparée, à ce qu'il assure lui-même, d'après ses propres observations, comparées à celles d'Hipparque et des autres grands astronomes de l'antiquité.


Les constellations zodiacales

Quant aux constellations du zodiaque, les savants en placent l'établissement au temps de la mort de Jacob, 1700 ans avant l'ère chrétienne, et ils en font honneur aux Chaldéens. Leur opinion est fondée sur le rapport qui se trouve entre la division du zodiaque en douze signes de trente degrés, et celle de l'année en douze mois de trente jours, qui appartient à ces peuples.


Les constellations chez les poètes

Les poètes grecs et romains de l'ancienne théologie imaginèrent des fables sur l'origine des constellations ; ces fables donnèrent probablement naissance aux hiéroglyphes égyptiens ; elles furent ensuite transmises en Europe par le canal des Grecs.
On a compris les douze signes de l'écliptique dans ces deux vers :
Sunt aries, taurus, gemini, cancer, leo, virgo,
Libraque, scorpius, arciteneus, caper, amphora, pisees.


Mithras : la divinité des constellations

Les Gaulois croyaient que Mithras présidait aux constellations ; ils le représentaient avec l'un et l'autre sexe, et l'adoraient comme le principe de la chaleur, de la fécondité, des bonnes et des mauvaises influences. Les initiés à ses mystères étaient partagés en plusieurs confréries, dont chacune avait pour symbole une constellation ; et les confrères célébraient leurs fêtes, faisaient leurs processions et leurs festins, déguisés en lions, en béliers, en ours, en chiens, etc., c'est-à-dire sous les figures qu'on suppose à ces constellations. Ainsi, nos mascarades et nos bals, dont c'est là sans doute l'origine, étaient autrefois des cérémonies de religion.

Autres origines :