Accueil > Les origines commençant par Z > L'origine de zodiaque

L'origine de Zodiaque


Le zodiaque est, comme on sait, une zone de la sphère céleste, dont la largeur est d'environ dix-huit degrés, dans laquelle sont renfermées les planètes anciennement connues, et qui est partagée en deux parties égales par l'écliptique, grand cercle oblique à l'équateur qu'il coupe aux points des équinoxes.


Les douze maisons du soleil

On y représente les douze signes qui sont comme les douze maisons du soleil. Le nom de zodiaque vient d'un mot grec qui signifie animal, parce que plusieurs des signes qu'on y a figurés sont des animaux : le soleil parcourt chaque mois un de ces signes. Le zodiaque est coupé par l'équateur en deux moitiés égales ; chacune de ces moitiés contient six signes, appelés septentrionaux ou méridionaux, suivant la moitié qu'ils occupent.
Les signes septentrionaux :

  • Le bélier
  • Le taureau
  • Les gémeaux
  • Le cancer
  • Le lion
  • La vierge


Les signes méridionaux :

  • La balance
  • Le scorpion
  • Le sagittaire
  • Le capricorne
  • Le verseau
  • Les poissons

Depuis la plus haute Antiquité

Cette division du zodiaque, en douze parties égales de trente degrés chacune, est de la plus haute antiquité, et l'on ne saurait en assigner la véritable époque. M. Bailly la croit antérieure au déluge. Parmi ceux qui ne la fixent qu'après cette catastrophe fameuse, il y en a qui l'attribuent aux Égyptiens, et qui prétendent que les douze signes étaient les symboles des douze grands dieux de l'Egypte ; c'est l'opinion citée par Lalande. D'autres savants, et notamment M. de Laplace, pensent que les Grecs, treize ou quatorze siècles avant l'ère chrétienne, avaient partagé le ciel en constellations, et que c'est à cette époque que la sphère d'Eudoxe doit être rapportée.

A l'origine du zodiaque, ses douze signes correspondaient exactement aux douze constellations de mêmes noms ; mais par suite du mouvement de précession des équinoxes le soleil au commencement du printemps se trouve maintenant dans la constellation des poissons, quoiqu'il soit dans le signe du bélier.
Il existe plusieurs monuments anciens où le zodiaque est figuré, et l'usage de placer ses signes sur les temples a continué depuis l'établissement du christianisme. Il y a, dit Millin, un zodiaque très ancien au-dessus de l'une des portes latérales de l'église cathédrale d'Autun, au portail de celle de Vezelay, de celle d'Arras. M. Dupuis a décrit celui de l'église de Paris ; M. de Lalande a donné, dans les Mémoires de l'Institut, les figures et les détails de celui de l'église de Strasbourg.


Le zodiaque circulaire de Denderah

Ce monument astronomique fut découvert, en 1799, par le général Desaix, qui le premier le montra aux officiers de son armée. Ce zodiaque est celui qui a été apporté en France, il y a quelques années, par les soins de M. Lelorrain.
Denderah est un petit village formé de misérables cahutes construites en terre ; il est situé sur la droite du Nil, à un quart de lieue environ des bords de ce fleuve. II est impossible de ne point reconnaître dans sa dénomination l'ancien nom de Tintyra ou Tintyris, dont les magnifiques restes subsistent à trois mille mètres de là, vers l'ouest. Cette seule analogie de nom suffirait pour indiquer l'emplacement de la ville égyptienne, quand d'ailleurs toutes les incertitudes ne seraient pas entièrement levées par l'existence des monuments que nous allons décrire. C'est parmi ces monuments que se trouve le temple antique où l'on a découvert et d'où l'on a enlevé le zodiaque circulaire qui était sculpté sur le plafond d'une salle.

Autres origines :